RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le Phosphore Blanc, une fiction héroïque écrite par Pascale Seys

16 juin 2020 à 10:04Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

Dans le cadre du Festival Musiq3, qui a cette année pour thématique les "héros", le département Fictions de la RTBF et Musiq3 vous proposent cinq histoires de fiction sur le thème "Nos héros". Parmi les cinq auteurs, nous retrouvons Pascale Seys, que les auditeurs de Musiq3 connaissent bien puisqu’elle présente chaque jeudi matin une chronique philo intitulée "Les tics de l’actu".

"Un héros, c’est quelqu’un qui prend des risques"

Dans le Phosphore blanc, Pascale Seys mêle la musique et la philosophie pour raconter une histoire, l’histoire d’une grande incompréhension, d’une grande opacité, une histoire sous forme d’énigme. Une énigme que l’on retrouve dans la musique…

Spécialiste de Mozart, Antoine Kraus s’est arrêté dans un quartier baigné de musique, à Döbling, situé au nord-ouest de Vienne, en prévision d’une conférence qu’il doit donner sur le quatuor k. 465, à l’Université.

Au même moment, dans leur appartement, Anna achève un article sur l’héroïsme promis à une revue de psychologie. "Quelque chose" préoccupe Antoine et Anna est rattrapée par ses souvenirs.

Que s’est-il passé ?

C’est intéressant à la fois de traiter l’héroïsme de façon théorique et puis de voir au fond ce que ça peut raconter dans le cadre d’une fiction.

Pascale Seys

Le traitement de la thématique de l’héroïsme que fait Pascale Seys se base sur cette définition qu’un héros est quelqu’un qui prend des risques. La fiction vient alors analyse au nom de quelles valeurs nous pouvons prendre des risques aujourd’hui. Et dans le cadre de sa fiction, Le Phosphore blanc, cette valeur pour laquelle le héros de l’histoire est prêt à tomber, c’est la valeur de l’amour.

Le Quatuor Dissonance K.465 de Mozart

Pascale Seys s’est inspirée de l’un des six quatuors que Mozart a composés en hommage à Joseph Haydn.

Les quatuors dédiés à Haydn ont été composés entre 1782 et 1785 à Vienne par Mozart. Ils ont été inspirés par l’interprétation des Six quatuors op. 33 de Haydn, que Mozart avait rencontré en 1781 à Vienne.

Le quatuor Dissonances de Mozart tire son titre de son premier mouvement, un mouvement lent, fait de tensions et de frictions. Et c’est sur base de ce premier mouvement du Quatuor Dissonances de Mozart que Pascale Seys a décidé de faire de sa fiction un drame à quatre personnages, dont l’un d’eux est la ville de Vienne, ville dans laquelle Mozart a justement composé son quatuor n°19.

Une fiction écrite et lue par Pascale Seys à découvrir ci-dessous

Retrouvez tous les podcasts en écoute sur Auvio

Sur le même sujet

"Le Panache de l’escargot" de Pascale Seys, un troisième recueil de philosophie vagabonde

Musiq3

Pascale Seys nous présente sa nouvelle chronique Un p’tit shoot de Philo

Un p'tit shoot de philo