RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le patron de Servier conteste l'ampleur des décès dus au Mediator

RTBF
05 janv. 2011 à 22:40Temps de lecture1 min
Par AFP

"500 est un très beau chiffre marketing, mais il ne s'agit que de 3 morts. Les autres avaient déjà des valvulopathies" a assuré, selon le quotidien, Jacques Servier lors des voeux qu'il a présentés mardi à ses équipes.

"Les médecins sont derrière nous, tous les cardiologues nous soutiennent", a-t-il ajouté. Le Mediator était "un médicament mineur mais qui rendait de grands services aux patients", a-t-il poursuivi, toujours selon Libération.

Le Mediator (benfluorex), médicament destiné aux diabétiques en surpoids et largement détourné comme coupe-faim, a été commercialisé en France par Servier de 1976 à novembre 2009, date de son retrait du marché.

Utilisé par 5 millions de personnes, dont 2,9 millions qui l'ont pris pendant plus de 3 mois, il pourrait être responsable de 500 à 2.000 décès, selon les estimations réalisées pour l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

"Je suis scandalisé", a déclaré à l'AFP, Me Charles Joseph-Oudin, avocat de patients se plaignant des méfaits de ce médicament.

Dans sa seule sortie médiatique depuis le début de l'affaire du Mediator, une interview au Monde accordée mi-novembre, Jacques Servier s'était dit "sidéré et stupéfait" par les chiffres de décès évoqués dans les études. Mais le laboratoire n'avait jamais avancé un chiffre.

Le discret Jacques Servier, sous le feux de l'actualité avec la mise en cause du Mediator, préside toujours, à 88 ans, aux destinées du groupe pharmaceutique qu'il a bâti depuis 1954.

Avec un chiffre d'affaires revendiqué de 3,6 milliards d'euros, Servier est le deuxième laboratoire pharmaceutique français en termes de ventes, derrière le mastodonte Sanofi-Aventis, mais devant d'autres groupes parfois plus connus comme Pierre Fabre ou bioMérieux.


AFP

Sur le même sujet

Scandale du Mediator: le fondateur des laboratoires Servier est mort