RTBFPasser au contenu

Belgique

Le parlement wallon ne veut plus du vote électronique

Le parlement wallon ne veut plus du vote électronique

Contrôle du vote difficile, bug au dépouillement, risque de piratage, et à l’arrivée méfiance du citoyen. Ou encore le coût, plus élevé. Voilà les principaux reproches formulés à l’égard du vote électronique, dont les premières expérimentations remontent à près d’un quart de siècle.

"Voilà tous les éléments qui nous amènent à dire qu’aujourd’hui, on en sait assez et que nous pouvons dès lors tirer les conclusions qui s’imposent de cette expérience", déclare Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au parlement wallon. "Le vote électronique est une impasse, arrêtons les frais !"

Les Verts ont donc déposé une proposition de résolution au parlement wallon en faveur de l’abandon du vote électronique pour les élections régionales.

Opposés au texte, le MR et le Parti populaire. "Ce n’est pas le principe du vote automatisé qui doit être remis en question", estime la députée Carine Lecomte (MR). "En fait, c’est le matériel et le logiciel utilisés en Wallonie qui auraient dû être remplacés depuis longtemps".

"La Wallonie fait marche arrière", ajoute pour sa part André-Pierre Puget, unique député du PP.

Le texte a par contre été soutenu ce 18 mai par la majorité PS-cdh, après l'adoption d’un amendement démocrate-humaniste visant l’élargissement de la proposition aux scrutins fédéral et européen.

La balle dans le camp du fédéral

Rien n’étant jamais simple en Belgique, après adoption en séance plénière, cette proposition qui enterre le crayon électronique sera transmise au gouvernement wallon, qui sera ensuite chargé d'en informer son homologue fédéral, à la manœuvre. L’organisation des élections régionales, fédérales et européennes incombent en effet au fédéral (prochain rendez-vous en 2019).

Par contre, en ce qui concerne les élections communales et provinciales (échéance en 2018), c’est bien la Région qui est compétente. Le gouvernement wallon a d’ailleurs inscrit dans sa déclaration de politique régionale sa volonté de supprimer le vote électronique à ces échelons. Mais le gouvernement Olivier (PS-Ecolo-cdH) l’avait déjà promis en 2009, sans effet.

@RudyHermans

Articles recommandés pour vous