Le nouveau gouvernement néerlandais prévoit de construire deux nouvelles centrales nucléaires

15 déc. 2021 à 14:22 - mise à jour 15 déc. 2021 à 15:53Temps de lecture1 min
Par A.Dulczewski avec agences

Le nouveau gouvernement néerlandais a prévu dans son accord de coalition de construire deux nouvelles centrales nucléaires. Quatre partis, le centre droit VVD du Premier ministre sortant, le centre-gauche D66, le centre-droit CDA et les conservateurs Christen Unie, se sont entendus lundi soir pour constituer un gouvernement, après de longues négociations. L'accord de coalition a été dévoilé mercredi.


►►► Sortie du nucléaire : la Belgique est-elle enfin prête ?


Des démarches vont être prises pour la construction de ces deux centrales dont on ignore encore l'emplacement. L'activité de celle de Borssele, située à une quinzaine de kilomètres de la frontière belge, va être prolongée.

Les Pays-Bas ne sont pas le seul pays à miser sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. En novembre dernier, le président français Emmanuel Macron avait également annoncé la construction de nouveaux réacteurs, "pour la première fois depuis des décennies". Et ce, en parallèle au développement des énergies renouvelables. 

La Belgique a choisi l'abandon du nucléaire en 2025, mais...

En Belgique, c'est un tout autre cas de figure. La fin du nucléaire est prévue pour 2025 mais le débat continue sur la question de l'abandon complet ou partiel. En 2003 le gouvernement dit "Arc-en-ciel" dirigé par Guy Verhofstadt s'était en effet mis d'accord sur une sortie progressive du nucléaire. L'objectif était qu'en 2025, les sept réacteurs nucléaires belges soient à l'arrêt. 

Cependant, à l'approche de la date fatidique, cette décision est remise en question ces derniers mois. Le MR veut que deux réacteurs soient prolongés après 2025 pour une durée de dix ans. Selon Georges-Louis Bouchez, président du MR, il manque des informations sur le prix ou l'effet sur le climat des émissions de CO2 des centrales au gaz qui doivent compenser partiellement le nucléaire.

De son côté, Engie, maison mère d’Electrabel estime qu’il est trop tard. Il serait impossible d’encore mettre les centrales aux normes demandées pour pouvoir les prolonger en 2025. Pour l'instant, le dossier n'est toutefois pas encore tout à fait plié. Certains s'inquiètent en effet toujours de la viabilité du plan de sortie complète du nucléaire. 

Sur le même sujet

À la frontière côté français, la centrale nucléaire de Chooz à l’arrêt pour vérifier d’éventuels défauts

Monde Europe

Sortie du nucléaire : Engie espère obtenir rapidement un permis pour la centrale au gaz de Vilvorde après le refus de Zuhal Demir

Belgique

Articles recommandés pour vous