RTBFPasser au contenu

Régions Brabant wallon

Le MR de retour aux affaires à Ottignies-LLN, Ecolo dans l'opposition : chronique d'une rupture de majorité

L’annonce en a surpris plus d’un ce mercredi à Ottignies-Louvain-la-Neuve, et même bien au-delà. Au pouvoir depuis l'an 2000, Ecolo est renvoyé dans l’opposition. Ses partenaires, Avenir (cdH) et PS, ont conclu un nouvel accord de majorité avec la liste OLLN 2.0 (MR).

Les libéraux reviennent donc aux affaires et vont récupérer le mayorat. C’est Nicolas Van der Maren qui succédera à Julie Chantry au poste de bourgmestre. Chef de file de son groupe au conseil communal, il se voit ainsi promu suite aux désistements de Bénédicte Kaisin et de Jacques Otlet qui l'avaient devancé en nombre de voix au dernier scrutin communal en 2018. Place à la nouvelle génération.

Au sein du collège, Cédric Jacquet héritera des compétences du budget et des finances que détenait Philippe Delvaux. De son côté, Nancy Schroeders sera la nouvelle échevine de la mobilité, des voiries et de la culture, à la place d’Hadelin de Beer. Les échevins Avenir et PS conservent leurs attributions.

Un courriel fatal

Mais que s’est-il passé au sein de cette majorité Ecolo-Avenir-PS ? L’usure du temps, 22 ans de mariage ont laissé des traces. Petit à petit, les désaccords se sont empilés, des dossiers qui trainent, des prises de position mal perçues, quelques vexations qui nourrissent la rancœur. Certains disent qu’Ecolo, trop sûr de lui, n’a pas été assez à l’écoute de ses partenaires et qu’il a fini par le payer. Les mêmes laissent entendre que la bourgmestre a parfois manqué d'autorité au sein de son groupe.

Le dernier accroc s’est produit la semaine dernière, lorsqu’un conseiller communal Avenir a publiquement critiqué un échevin Ecolo, à propos des relations entre la ville et l’UCLouvain.

La bourgmestre Julie Chantry a tenté de calmer le jeu, mais elle n’a pas mesuré l’ampleur du malaise. Et un événement survenu lundi à mis le feu aux poudres : un courriel malencontreusement adressé par un mandataire Ecolo à tous les membres de la majorité, alors qu’il n’était destiné qu’à son groupe.

L’auteur du courriel, qui pressentait sans doute la rupture qui risquait d’arriver, expliquait à ses collègues Ecolo qu’il ne fallait pas se mettre le groupe Avenir à dos en exigeant des excuses de la part du conseiller communal, comme certains le réclamaient. Et que si on se mettait Avenir à dos, il valait mieux avoir rapidement la certitude de pouvoir signer un accord avec les libéraux pour constituer une majorité alternative, "ce qui n'est pas à l'ordre du jour", ponctuait l'auteur. 

Parallèlement, la rumeur de négociations secrètes entre Ecolo et OLLN 2.0 a circulé. Lancée par qui? La bourgmestre pointe les libéraux et dément avoir voulu négocier quoi que ce soir avec eux. Trop tard. La rumeur et le courriel (très mal accueilli par les partenaires de la majorité) ont servi de prétexte au groupe Avenir (suivi par le PS) pour acter la rupture, poussé dans le dos depuis des mois par les libéraux.

Ecolo, le choc

Pour Ecolo, c’est la douche froide. Très émue, la bourgmestre a attendu la fin de journée pour s’exprimer. Elle reconnaît qu’il y avait des divergences, mais pas de nature à faire exploser la majorité, selon elle. Julie Chantry dit ne pas comprendre les motifs du divorce.

A la demande d’Ecolo, les partenaires de l’actuelle majorité se verront ce jeudi matin pour une séance d’explication qui sera sans doute musclée. Les Verts espèrent encore convaincre Avenir et PS de faire marche arrière. Improbable retournement.

Le conseil communal prévu mardi prochain vaudra le détour également. Quant à l’installation de la nouvelle majorité, elle aura lieu lors d’un conseil communal extraordinaire dont la date n’a pas encore été fixée.

Sur le même sujet

02 févr. 2022 à 18:41
3 min
25 janv. 2022 à 06:29
2 min

Articles recommandés pour vous