RTBFPasser au contenu

Societe

Le monstre du Loch Ness : et s'il y avait anguille (géante) sous roche ?

Loch Ness : constitué de l'ADN d'anguille

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 sept. 2019 à 11:23 - mise à jour 05 sept. 2019 à 11:232 min
Par Belga

Ce n’est pas un requin, pas davantage un poisson-chat ou un esturgeon géant. Et si l’insaisissable monstre du Loch Ness était… une anguille géante ? Après une longue étude, dont les résultats ont été dévoilés jeudi, un scientifique néo-zélandais vient conforter cette hypothèse.

Le généticien Neil Gemmel, de l’université d’Otago à Dunedin (Nouvelle-Zélande), a analysé et séquencé les ADN de 250 échantillons d’eau recueillis jusque dans les profondeurs du lac écossais. Les résultats ont conduit le scientifique et son équipe à écarter l’hypothèse d’un reptile venu du fin fond du Jurassique. Le "monstre", affectueusement surnommé "Nessie", et dont la plus ancienne observation remonte au VIe siècle après JC, n’est pas un plésiosaure, un grand reptile aquatique. L’étude permet également d’écarter d’autres hypothèses de poissons géants, comme le silure, esturgeon ou même le requin du Groenland.

Le généticien Neil Gemmel, de l’université d’Otago
Le généticien Neil Gemmel, de l’université d’Otago ANDY BUCHANAN - AFP

"On retrouve une quantité significative d’ADN d’anguille", qui foisonnent dans les eaux froides du Loch Ness, explique le Pr Gemmel. Alors, les eaux froides du Loch Ness seraient-elles peuplées de spécimens géants ? "Nos données ne révèlent pas leur taille mais la quantité que l’on a retrouvée fait qu’on ne peut pas écarter la possibilité qu’il y ait des anguilles géantes dans le Loch Ness", a souligné le généticien.

"Des investigations supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ou infirmer cette théorie mais selon nos données, l’hypothèse d’une anguille géante reste plausible", conclut le professeur Gemmel, qui note que cette piste avait déjà été évoquée en 1933.

Publication des résultats sur l'ADN du Loch Ness

JT 13h

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Figure emblématique de l’Ecosse, le Loch Ness et le monstre qui l’habite prétendument ont fait couler beaucoup d’encre à travers les siècles. Les premiers témoignages relatant la présence d’une créature datent de 1898. A l’époque, l’hypothèse que l’animal soit un dinosaure échappé de l’extinction est évoquée, mais le mystère n’attire pas les foules. Ce n’est qu’à partir des années 1930 que l’intérêt du public va grandissant, jusqu’à attirer les curieux du monde entier. Et très vite, ce fût à celui ou celle qui capturerait une image, une preuve de son existence…

La première photographie officielle daterait du 12 novembre 1933. On voit déjà sur celle-ci le long cou caractéristique de la créature, mais la qualité laisse à désirer.

Photo de 1933
Photo de 1933 © Tous droits réservés

Mais la photo la plus connue, elle, date de 1934 : prise par Rober Kenneth Wilson, elle est publiée dans le Daily Mail. C’est elle qui a été le terreau de tous les fantasmes. Aujourd’hui, elle est considérée aujourd’hui comme un vaste canular, certes bien ficelé, mais pas moins scientifique. Malgré tout, les plus fervents croyants s’y accrochent encore dur comme fer.

Le monstre du Loch Ness : et s'il y avait anguille (géante) sous roche ?
Le monstre du Loch Ness : et s'il y avait anguille (géante) sous roche ? © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous