RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le monde sera-t-il bientôt confronté à une pénurie… de sable?

Difficile d'imaginer que nous pourrions, un jour, souffrir d'une pénurie de sable...
18 oct. 2017 à 09:13 - mise à jour 18 oct. 2017 à 09:13Temps de lecture2 min
Par RTBF

La situation devient très tendue dans certaines zones du monde, où les ressources en sable ont été surexploitées. C’est le cas en Indonésie, où des plages entières ont littéralement disparu, ou encore en Floride, qui souffre d’une érosion massive de ses côtes. Des cas extrêmes, mais qui montrent que la ressource en sable est abondante et bon marché, mais n’est pas inépuisable.

C’est le constat que pose Johan Yans, professeur de géologie à l’université de Namur, pour qui toute extraction a un impact sur notre environnement. "Une carrière de sable en Brabant wallon a un impact sur son environnement immédiat, sur les nappes éventuelles, sur les forêts, les agriculteurs qui sont adjacents. En mer du Nord, il y a évidemment un impact sur la faune et la flore qui peuvent se trouver sur le fond marin puisque l’on drague les bancs sableux de mer du Nord, que l’on siphonne à partir de la surface.

Dans l’immobilier ou l’infrastructure routière: le sable est partout 

Sans en être conscients, nous sommes entourés de sable. Il en faut 200 tonnes pour construire une maison de taille moyenne et 30.000 tonnes pour un kilomètre d’autoroute. On en utilise aussi de grandes quantités dans l’industrie verrière.

"Que ce soit les simples verres de table, les panneaux photovoltaïques ou les écrans plats des ordinateurs et des smartphones. Mais pour ce faire, il faut des sables aux caractéristiques particulières, qu’on exploite notamment en Belgique, dans la région de la Campine, dans la région de Lommel où il y a des sables très particuliers qui vont être extraits et qui vont être utilisés dans la fabrication de ces verres très particuliers."

Parmi les nombreux usages du sable, on pourrait aussi ajouter le remblaiement des plages ou encore la fracturation hydraulique du pétrole de schiste, très gourmande en eau et en sable. Mais son premier débouché reste de très loin la construction.

Et le sable du désert ?

Quand on connaît l’étendue de désert dans le monde, cette notion de pénurie semble paradoxale, mais ce sable-là ne convient pas pour les usages industriels ou pour la construction. Il faut absolument disposer de sable marin, de sable extrait dans des carrières ou dans le lit des rivières. Sachant que les ressources faciles à exploiter sont déjà en production, il reste d’immenses réserves de sable utiles, mais dont exploitation sera plus compliquée, plus chère et les impacts environnementaux sans doute plus lourds.

Sur le même sujet