Regions Liège

Le massacre de Wereth (Amblève) continue à être commémoré

Le mémorial a été érigé par Hermann Langer, fils de la famille ayant accueilli les 11 soldats massacrés à Wereth.

© RTBF – Olivier Thunus

09 déc. 2022 à 05:30Temps de lecture1 min
Par Olivier Thunus

Ce vendredi aura lieu dans un petit village de la commune d’Amblève la commémoration d’un massacre perpétré par un groupe de soldats SS allemands le 17 décembre 1944. Il s’agit du massacre de Wereth qui est resté longtemps oublié de la mémoire collective. Car il ne s’agit pas ici d’un massacre de civils mais de 11 soldats US, tous afro-américains et désarmés, tués à l’arme blanche. Depuis, un monument a été érigé sur les lieux par un fils de la famille Langer, qui avait abrité ces soldats juste avant leur capture.

Cinq des victimes du massacre de Wereth.
Cinq des victimes du massacre de Wereth. © Tous droits réservés

Ils s’appelaient Curtis, Mager, George, Thomas, Robert, James, Nathaniel, Due ou encore Edward. Le 17 décembre 1944, ils erraient depuis des heures dans la neige gelée et le froid. Affamés. Vers 15 heures, ils arrivent dans le hameau de Wereth, qui à l’époque ne comptait que 9 maisons. Ils trouvent refuge auprès de la famille Langer.

La famille Langer, à cette époque, avait déjà 6 enfants. C’est la première fois qu’ils croisaient des soldats afro-américains. Sans hésitation, Mathias Langer (le père de famille) les a laissés entrer. Il les a nourris, leur a donné à boire et ils ont pu se reposer un petit peu, jusqu’à ce qu’une dénonciation amène quatre nazis. Les 11 soldats se sont alors rendus immédiatement pour ne pas mettre en danger la famille Langer ", explique Solange Dekeyser, présidente du mémorial.

La famille Langer a voulu perpétuer le souvenir de ces 11 soldats en conservant la table sur laquelle ils ont pris leur dernier repas. Ici, Solange Dekeyser et un neveu d’Hermann Langer.
La famille Langer a voulu perpétuer le souvenir de ces 11 soldats en conservant la table sur laquelle ils ont pris leur dernier repas. Ici, Solange Dekeyser et un neveu d’Hermann Langer. © RTBF – Olivier Thunus

Désarmés, ils sont ensuite emmenés par les quatre SS : " Les 11 soldats ont dû marcher jusqu’à environ 600 mètres plus bas. Là, ils ont été vraiment massacrés. Ce n’est pas fusillé. Ils ont été jusqu’à couper un doigt pour récupérer une bague. Evidemment, à cette époque il neigeait beaucoup donc les corps ont été immédiatement recouverts par la neige. Ce n’est que début février, en rentrant de la messe, que la famille Langer a découvert les 11 soldats. Hermann Langer, qui avait 12 ans à l’époque, a immédiatement reconnu les hommes qui avaient mangé chez lui. Il ne l’a jamais oublié et a construit ce mémorial ", détaille-t-elle.

Il faudra attendre 2017 pour que ce massacre soit enfin reconnu comme crime de guerre par le Congrès américain. Sept des victimes sont toujours enterrées au cimetière américain d’Henri-Chapelle.

Une table conservée pour la mémoire des massacrés de Wereth

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous