Regions

Le local NAC du refuge de la Société Royale Protectrice des Animaux de Liège affiche complet

Un des lapins hébergés dans le local NAC

© RTBF – Martial Giot

Au refuge de la Société Royale Protectrice des Animaux de Liège, le local réservé aux NAC, les nouveaux animaux de compagnie, est arrivé à saturation.

Le constat vaut aussi pour les autres refuges. De manière générale, ils sont confrontés à de nombreux abandons. Pour les NAC, le phénomène ne cesse de grandir. Il concerne principalement des rongeurs, surtout des lapins. Ils sont très majoritaires actuellement dans le local NAC de la SRPA de Liège. On y trouve aussi un octodon et un hamster. Il est aussi arrivé qu’il héberge des rats.

Un octodon hébergé par la SRPA de Liège
Un octodon hébergé par la SRPA de Liège © RTBF – Martial Giot

Fabrice Renard, inspecteur principal à la Société Royale Protectrice des Animaux constate : "Le gros problème actuellement, ce sont les lapins. C’est tout beau à voir, un petit lapin. Je crois que les gens réfléchissent des fois avant d’acquérir un chien ou un chat. Tandis qu’un animal comme ceci, on craque devant une petite boule de poils, c’est soyeux, on aime bien le caresser, c’est beau. Puis on le prend et on ne pense pas que, derrière, il y a tout l’entretien qui est nécessaire : nettoyer les cages, s’en occuper, le bruit que ça peut faire éventuellement la nuit dans les chambres des enfants et tout ça. Un lapin, aussi, il a besoin d’être à l’extérieur, d’avoir de l’espace pour courir. Bien souvent, on le confine dans une cage et il devient très nerveux, Tous ces problèmes-là amènent à les déposer dans les refuges. Il y a les reproductions aussi. Les lapins, si vous mettez un mâle et une femelle ensemble, on se retrouve vite avec énormément de jeunes qu’on n’arrive pas à donner et puis qu’on dirige vers les refuges.".

Ce hamster attend aussi une adoption
Ce hamster attend aussi une adoption © RTBF – Martial Giot

Ces animaux restent souvent longtemps dans le refuge. "Ça prend du temps pour les placer parce que le mécanisme des gens, c’est bien souvent : "On a envie d’un rongeur, on va aller dans une animalerie.". Alors qu’il y a des tas d’animaux qui attendent dans les refuges qui ont une section spécialisée pour les NAC.", explique Fabrice Renard.

En ce qui concerne d’autres types de nouveaux animaux de compagnie, tels les serpents ou les mygales, par exemple, il précise : "Ici, on n’a pas les infrastructures pour les accueillir. Et c’est un gros problème parce qu’il y a très peu de refuges, je dirais même qu’il n’y en a plus en région wallonne, qui peuvent les accueillir. Donc on est obligés, lors de saisies ou de reprises d’animaux de ce type-là de les transférer vers des parcs zoologiques qui pourraient les prendre en charge.".

Sur le même sujet : (07/10/2022)

Prix de l’énergie : les refuges pour animaux sont surchargés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous