RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le KCE recommande de fixer un nombre légal maximum de patients par infirmier, Maggie De Block botte en touche

MODE DEMPLOI manque dinfirmières

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 janv. 2020 à 05:53 - mise à jour 30 janv. 2020 à 10:02Temps de lecture2 min
Par RTBF avec Agences

"Il est nécessaire de mettre en place une politique fixant un nombre légal maximum de patients par infirmier, et d’y investir les moyens nécessaires, afin d’améliorer à la fois les conditions de travail des infirmiers et la sécurité des soins", conclut jeudi une nouvelle étude du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), réalisée conjointement avec la KU Leuven.

L’enquête, menée auprès de 5000 infirmiers issus de 84 hôpitaux en Belgique, est la réédition d’une étude publiée il y a 10 ans, laquelle concluait déjà que le quota maximum de patients par infirmier en Belgique était trop élevé par rapport à la norme internationale. Concrètement, l’étude révèle que les infirmiers qui travaillent dans les hôpitaux belges s’occupent en moyenne de 9,4 patients (contre 11 en 2009), alors que l’on admet généralement, à l’échelon international, que la sécurité du patient n’est plus assurée au-delà de huit patients par infirmier.

Si le personnel infirmier a augmenté en milieu hospitalier au cours des dix dernières années, entraînant une légère diminution du nombre de patients par infirmier, leur nombre reste insuffisant pour répondre aux besoins croissants de soins, pointe le KCE.

Engager plus d’effectifs, une mesure jugée urgente pour le KCE

Le KCE appelle, dès lors, dans un premier temps, à augmenter les effectifs de 1629 équivalents temps plein, c’est-à-dire un budget annuel supplémentaire de près de 118 millions d’euros. "Cette mesure doit être considérée comme une mesure d’urgence, et comme le minimum absolu de ce qui doit être entrepris", insiste le KCE.

Dans un second temps, le KCE recommande de fixer un nombre optimal de patients par infirmier, par type de service (en fonction de l’intensité des soins et du type de pathologie) et par équipe (jour/nuit). "Pour les services de chirurgie, de médecine interne, de gériatrie, de revalidation et de pédiatrie, ce renfort représente environ 5500 infirmiers à temps plein, pour un budget annuel supplémentaire de plus de 403 millions d’euros", spécifie le KCE.

Le centre d’expertise conseille encore que les tâches qui ne relèvent pas des soins infirmiers soient prises en charge par d’autres professionnels, ce qui permettrait "d’augmenter l’attrait de la profession, d’y attirer un plus grand nombre de nouvelles recrues et de diminuer le nombre d’abandons". Hasard de calendrier ou pas, l’appel du KCE à augmenter la dotation infirmière intervient alors que 2020 a été décrétée "année internationale des infirmiers". Celle-ci marque en effet le 200e anniversaire de la naissance de Florence Nightingale, figure de proue de la profession.

Réaction de Maggie De Block

Pour la ministre de la Santé Maggie De Block : se limiter à injecter de l’argent serait comme "huiler une chaîne dont les maillons ont été mal montés". Il vaut mieux selon elle, revoir l’attribution des moyens en fonction des besoins.

►►► À lire aussi : Journée d'actions des blouses blanches : que se passe-t-il dans les hôpitaux ?

Archives : CQFD du 06/11/2019