RTBFPasser au contenu

Santé physique

"Le juste retour des choses" : ces Français qui hébergent leurs parents vieillissants

"Le juste retour des choses": ces Français qui hébergent leurs parents vieillissants.
21 mars 2022 à 12:003 min
Par RTBF avec AFP

Alix a aménagé une dépendance de sa maison à Bourg-en-Bresse pour sa belle-mère, âgée de 75 ans, et la tante de celle-ci, 95 ans. Elle espère y accueillir, cette fois-ci dans sa propre maison, sa grand-mère, 96 ans qui depuis un AVC en janvier, vit en Ehpad.

"C'est dans cet esprit que nous avons acheté cette maison et que nous réalisons des travaux pour les accueillir", explique cette responsable comptable de 47 ans, mariée à un dentiste.

La cohabitation plutôt que la maison de retraite

Courante jusqu'aux années 60, la cohabitation avec des parents vieillissants est devenue presque exceptionnelle en France, remplacée par le maintien à domicile ou par les Ehpad, maisons de retraite médicalisées, comme celles du groupe Orpea accusé de maltraitance dans le livre-enquête "Les Fossoyeurs".

"250.000 enfants aidants vivent avec un parent dépendant : 50.000 qui 're-cohabitent' avec lui pour l'aider. Et 200.000 qui se sont réinstallés chez leur parent, souvent après une séparation ou une perte d'emploi, et s'occupent de lui lorsqu'il devient dépendant", explique Maks Banens, sociodémographe au Centre Max Weber, un laboratoire de recherche du CNRS affilé à l'Université Lyon 2.

"Chacun fait comme il peut mais cela nous paraît naturel : nous avons eu l'exemple de ma belle-mère, infirmière, qui s'est occupée chez elle de son mari atteint d'un cancer, puis de son beau-père jusqu'à sa fin de vie. Elle héberge maintenant la tante de son mari", explique Alix.

Se préparant pour accueillir bientôt les deux nonagénaires chez elle, elle a organisé un dispositif pour l'aider : "Une jeune fille qui peut venir de 9h à 16h, des religieuses d'un couvent proche qui peuvent donner les soins infirmiers et passer du temps avec elles. Une amie médecin m'a dit de l'appeler à n'importe quel moment du jour ou de la nuit".

"Ma grand-mère m'a dit : 'Ici il y a de la vie !'"

Dans ma famille, certains m'ont confié : "S'il y a un autre confinement, on préfère qu'elle soit chez toi plutôt que personne ne puisse la voir en Ehpad".

Les contingences pratiques de l'accueil à domicile

Denis Roume, cadre retraité agricole, vit à Lagorce en Ardèche dans une ferme où cohabitent quatre générations d'une même famille, dont ses parents de 94 et 97 ans. "Dans les fermes, il n'est pas rare que vivent deux ou trois générations. C'est notre cas, chacun dans son appartement. Il n'y a qu'une cour à traverser ou qu'une porte à ouvrir pour savoir comment vont les parents ou les grands-parents", explique cet homme de 69 ans.

"Il faut d'abord avoir une grande maison et il faut l'adapter. Quand on est propriétaire des murs, ce n'est pas si cher que ça", assure-t-il. Il a prévu aides à domicile et livraisons de repas.

La proportion de personnes âgées de 85 ans et plus cohabitant avec des proches (hors conjoint) est passée de 31% en 1982 à 11% en 2011. La proportion d'entre elles vivant seules a augmenté dans le même temps, passant de 34% à 46%, selon une étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined) de 2016.

"C'est à mon tour de donner !"

Un plus fort désir d'indépendance des différentes générations, l'amélioration de la situation économique des personnes âgées et le développement des politiques de prise en charge de la perte d'autonomie ont réduit la cohabitation. La cohabitation multigénérationnelle est plus courante en Corse (28%) et dans le Sud-Ouest (15%) qu'au Nord, selon l'Ined.

"S'occuper d'un parent âgé dépendant implique des tâches extrêmement difficiles à réaliser, qui peuvent être épuisantes pour l'aidant. Mais les relations d'aide sont aussi valorisantes pour lui", explique Valentine Trépied, sociologue spécialiste du vieillissement.

"Une expression revient souvent : c'est 'le juste retour des choses', 'on s'est occupé de moi quand j'étais petit, c'est à moi de le faire, je suis content de le faire, elle m'a tellement donné, c'est à mon tour de donner'", selon le chercheur Maks Banens.

Sur le même sujet

26 févr. 2022 à 09:00
2 min
30 sept. 2021 à 16:00
2 min

Articles recommandés pour vous