RTBFPasser au contenu
Rechercher

Week-end Première

Le Home Designer, ce magicien de la maison

01 juin 2022 à 07:53Temps de lecture3 min
Par RTBF La Première/Olivier Marchal

Une personne sur dix déclare que son activité favorite consiste à aménager sa maison. Sauf que pour bien faire, rien de tel qu’un vrai professionnel ! En matière d’intérieur, on parle de Home Designer. Un métier qu’on explore en compagnie d’Olivier Marchal, sociologue et directeur de la Cité des Métiers de Charleroi.

Les beaux jours arrivent, on va enfin pouvoir profiter des terrasses et jardins (pour les 50% de Belges qui ont la chance d’en avoir un) et à la moindre pluie, filer à l’intérieur !

Un chez soi qu’on aime tant, valeur sûre de nos psychologies chagrines, cocon pour certains, grotte ou auberge espagnole pour d’autres, ce petit monde à soi sur lequel on a prise, tout l’inverse du monde extérieur.

Maisons, cocons ou appartements que les Belges aiment construire et rénover. Mais pas seulement ! 90% d’entre eux accordent une telle importance à la décoration intérieure qu’ils dépenseraient en moyenne 5.000 euros par an pour mettre du joli dans leur logis. Sauf que pour le faire sans faire n’importe quoi, il faut du talent et des compétences, et qu’un métier entre en jeu : celui de Home Designer.

Un métier ancien pour une longue histoire de l’ostentatoire !

Durant des siècles et des siècles, la maison et le foyer sont très peu décorés. Sinon par quelques signes religieux. Le reste étant agencé pour répondre aux fonctions de base : manger, dormir, produire.

Mais peu à peu, la société se complexifiant, la nécessité de varier les modalités d’expression du pouvoir, la scission entre le sacré, le profane, le pur, l’impur, entre le peuple et ses dirigeants, l’objectif ostentatoire de montrer la supériorité d’un lieu et de ses occupants (rois/reines, prêtres, notables ou encore empereurs/impératrices), ont fait naître le besoin de décorer temples, palais, résidences et châteaux. Et, dès lors, l’histoire des arts et des artisanats s’en est donné à cœur joie, et à grands frais, partout sur la planète.

A tel point qu’au 17e siècle, des théories de la décoration d’intérieur sont élaborées, des livres sont écrits, des controverses voient le jour, où s’affrontent, dans un clivage que l’on retrouve d’ailleurs tout au long de l’histoire des métiers et jusqu’aujourd’hui encore, des architectes porteurs de l’intelligence abstraite et les artisans de métier, souvent considérés comme esclaves de la matière. Les débats portent sur la limite entre la beauté et le superflu, entre le bon et le mauvais goût, frôlant parfois autant les pâquerettes que la distinction désormais célèbre entre un bon ou un mauvais chasseur, si bien décrite par les Inconnus.

Si l’on devait résumer la longue et tumultueuse histoire de nos aménageurs d’intérieurs, on pourrait dire que " du château doré chargé de montrer qu’il domine le royaume qui l’entoure, on va passer au 16e siècle à la demeure dorée chargée de montrer la puissance de ceux qui l’habitent, pour en arriver, au tournant des années 30, à l’individu devenu roi avec pour seul royaume certain, sa maison, qu’il dore et décore pour lui-même, et ce même si l’ostentatoire dit rarement son dernier mot. "

Home Designer : créateur d’ambiance et de bonheur

Longtemps sans nom, perdu entre l’architecture et les arts décoratifs, la fonction tenta souvent de se trouver un nom. Un certain Jean Jacquet, suisse de son état, proposa, au début du 19e siècle, de l’appeler ornementaliste, idée qui tomba, hélas, rapidement aux oubliettes de l’Histoire des Métiers.

Aujourd’hui, cependant, fier de son nom, le home designer est un professionnel de l’aménagement et de la déco d’intérieur, qui travaille souvent à son compte pour des particuliers, des bureaux d’architectes, des entreprises privées ou publiques qui souhaitent créer de nouveaux espaces de travail ou de services.

Il ou elle va s’atteler à créer des ambiances spécifiques, aux plus proches de la demande des clients, grâce au mobilier et objets décoratifs choisis, parfois créés, puis agencés ; grâce aussi aux jeux de couleurs, de textures, de lumières et de matières qui vont être mobilisés, sur les murs, les sols ou encore sur les plafonds.

Un métier où il faut être ingénieux et créatif et où le profil d’artisan-entrepreneur est le profil gagnant ! Profil encore trop peu mis en valeur dans notre enseignement.

Un métier en constante réinvention

Un métier qui s’adapte aux modes, envies, besoins et idéologies.
Et cette année, la presse spécialisée semble converger vers 4 grandes tendances réunies en 4 grands R.

  • Un premier R pour Rewild : le grand retour à la nature sauvage.
  • Un deuxième R pour Reveal : pour révéler enfin les vraies couleurs !
  • Un troisième R, pour Reward : quand la durabilité écologique vous apporte un bénéfice moral.
  • Et enfin, un dernier R pour la route, celui de Remind : pour apporter la sérénité et la paix qui manquent à votre décor.

Un métier passionnant qui ne doit pas nous éloigner de l’idée que, s’il est bon de prendre soin de son logement, il n’en est pas moins juste (et bon) de prendre soin aussi, en passant, des gens qui vivent dehors et dedans…

Toute ma vie j'ai rêvé d'être... Home designer

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En pratique

Plus d’infos sur ce métier (et sur tant d’autres), du lundi au vendredi, de 9h à 12h, sur Miti, la plateforme d’orientation en ligne entièrement gratuite de la Wallonie et de Bruxelles, ou bien via vos Cités des Métiers préférées : Bruxelles, Charleroi, Liège et Namur.


 

Sur le même sujet

Vétérinaire : un métier qui interroge notre humanité

Week-end Première

Etre architecte : un métier qui vient de très loin

Week-end Première

Articles recommandés pour vous