RTBFPasser au contenu

Le groupe Orchestra-Prémaman bien décidé à maintenir ses activités en Belgique

En Belgique, 34 magasins sur 53 sont menacés de fermeture. La direction a répété son objectif de conserver 19 magasins rentables en Belgique et de sauvegarder 210 emplois.
04 mars 2020 à 17:392 min
Par GL avec Belga

Le 15 janvier dernier, Orchestra-Prémaman annonçait la fermeture en Belgique de 22 magasins en plus de ceux déjà annoncés en novembre 2019. Pas moins de 34 magasins étaient donc menacés de fermeture, mettant en péril une centaine d’emplois.

Le groupe français Orchestra-Prémaman a fait savoir ce mercredi matin devant le tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles qu’il entend bien maintenir ses activités en Belgique et est actuellement en train de mettre en place des mesures pour assurer sa continuité. La direction y a répété son objectif de conserver 19 magasins rentables en Belgique et de sauvegarder de la sorte 210 emplois.

Orchestra-Prémaman comptait une soixantaine de magasins à travers le pays il y a un peu plus d’un an. Mais le groupe français fait face depuis quelques temps déjà à un marché mondial de l’équipement de la personne en recul, en particulier pour les enfants, a expliqué mercredi son patron Pierre Mestre à l’agence Belga. Il pointe notamment une baisse de la natalité en Europe et un marché du discount en plein essor, avec des prix bas à l’image de ce que propose une enseigne comme Primark.

Des magasins fermés un peu partout dans le monde

Conjugué au développement de l’e-commerce, cela a contraint Orchestra-Prémaman de complètement se réorganiser et de mettre fin à ses activités dans de nombreux pays, comme la Chine, les Etats-Unis, le Canada, l’Italie ou bientôt l’Allemagne. Le groupe a aussi réduit la voilure en France, avec la fermeture d’environ 10% des magasins, mais aussi en Espagne et en Belgique, où quelque 40 enseignes – déficitaires ou pas suffisamment bénéficiaires- ont ou vont progressivement fermer leurs portes, rappelle le dirigeant.

Dans le cadre de la procédure de réorganisation judiciaire qu’il a initiée, Orchestra-Prémaman a par contre fait mercredi une offre de reprise pour 19 magasins, "les plus rentables et ceux qui ont le plus d’avenir", insiste Pierre Mestre. Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire (dont un au Luxembourg), avec une représentation plus importante à Bruxelles et au sud de la capitale, et permettront à 210 personnes de garder leur emploi. Environ le  même nombre d'employés perdront par contre leur travail.

Lors de l’audience devant le tribunal de l’entreprise de Bruxelles, le groupe français a souligné que ses filiales belges ne connaissaient pas de difficultés de trésorerie, ni actuellement ni pour la période de sursis prolongée et que la situation financière de l’une d’elles s’est même améliorée depuis l’ouverture de la procédure de réorganisation judiciaire en octobre dernier.

Le soutien du Setca

Pierre Mestre y a répété qu’Orchestra-Prémaman France a depuis toujours soutenu sa filiale belge, y compris à travers trois abandons de créance pour un montant cumulé de 67 millions d’euros depuis 2015.

En fin d’audience, Fabienne Meulemans, du Setca, le syndicat majoritaire au sein de l’entreprise, a pris la parole pour mettre en évidence le support des partenaires sociaux au projet envisagé, a encore relevé le patron du groupe.

Le 11 mars prochain, le tribunal devrait nommer un expert, qui sera chargé, durant une période de deux à trois mois, de trouver le meilleur repreneur possible. "Et Orchestra-Prémaman sera donc candidat", a assuré son patron, rappelant que le groupe est présent en Belgique depuis plus de 20 ans.

Articles recommandés pour vous