Regions Hainaut

Le groupe Duferco a-t-il caché des déchets radioactifs un peu trop encombrants?

Le 15 septembre 2011, un camion de Duferco La Louvière est contrôlé avec de la poussière d'acier : il est positif au césium 137.

© Belga

05 déc. 2017 à 08:43 - mise à jour 05 déc. 2017 à 08:55Temps de lecture1 min
Par Thierry Vangulick

La magazine Médor accuse, en se basant notamment sur des témoignages d'anciens membres du personnel. Il faut remonter au 15 septembre 2011. Ce jour-là, un camion de Duferco La Louvière est contrôlé avec de la poussière d'acier : il est positif au césium 137, un produit radioactif utilisé dans l'industrie.

La direction aurait alors demandé à plusieurs employés de l'époque d'enfouir dans le sol ou de disperser une partie des 320 tonnes de poussières radioactives. "Des poussières ont été dispatchées un peu partout", assure un employé au micro de la RTBF.

La direction aurait agi pour économiser sur les frais de traitement de ces déchets faiblement radioactifs. Deux des ex-membres du personnel de Duferco ont déposé plainte devant le Parquet de Mons, qui a ouvert une enquête.

Comment réagit la direction à ces accusations ?

Pour Olivier Waleffe, administrateur délégué de la société Duferco Belgique, ces accusations sont totalement fantaisistes. "Quelle est la crédibilité de cette bêtise ?, interroge-t-il. Quelle aurait été la logique technique puisque si on enfouit des déchets radioactifs, on pourra les détecter tout de suite. Ce ne sont pas quelques mètres de terre qui vont rendre le césium indétectable".

Précisons que des tests sanitaires ont été effectués peu après la découverte du césium 137, soit en septembre 2011. Des tests réalisés sur les ouvriers et des riverains mais qui se sont révélés négatifs. Depuis lors, les produits contaminés sont toujours stockés sur le site louviérois, dans l'attente de leur décontamination.

Articles recommandés pour vous