Le groupe de presse Roularta, déjà dans le rouge, estime que la crise lui a déjà coûté 20,6 millions d’euros

Le CEO de Roularta, Xavier Bouckaert.

© © Tous droits réservés

17 août 2020 à 08:29 - mise à jour 17 août 2020 à 11:08Temps de lecture3 min
Par Belga

Roularta a enregistré une perte nette de 1,4 million d'euros au premier semestre, annonce lundi le groupe de médias propriétaire notamment du Vif-L'Express, de Sport-Foot Magazine, de Trends-Tendances ou encore de Flair et Femmes d'Aujourd'hui. La crise du coronavirus lui a coûté 20,6 millions d'euros de chiffre d'affaires. L'augmentation des revenus des abonnements est par contre un point positif.

Après les bons résultats enregistrés au cours des premiers mois de l'année, l'impact de la pandémie se fait nettement ressentir chez Roularta, reconnait l'entreprise.    


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Alors qu'au cours des six premiers mois de 2019, elle avait encore pu réaliser un bénéfice de 3,8 millions d'euros, cette année, elle a enregistré une perte de 1,4 million d'euros. Le résultat d'exploitation (ebit) est également passé dans le rouge pour 1,55 million d'euros.  

Recul de près de 20% du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires est passé de 147,9 millions d'euros à 120,6, soit un recul de 18,5%. Selon Roularta, 20,6 millions d'euros de cette baisse sont à attribuer à la crise du coronavirus. Les revenus publicitaires ont particulièrement fondu: -35,5% par rapport à l'an dernier.  

La crise du Covid-19 a eu un grand impact sur le chiffre d'affaires des titres gratuits (dont De Zondag), dont la publication a été suspendue pendant plusieurs semaines lorsque les commerces ont dû rester fermés. Le chiffre d'affaires publicitaire y a baissé de 48,8% par rapport au premier semestre 2019. Les revenus publicitaires des journaux baissent de 19,3%, tandis que le chiffre d'affaires de la publicité dans les magazines a chuté de 25,4% et celui des sites web de 23,9%.  

Augmentation des ventes d'abonnements 

Roularta, qui détient également une participation de 50% dans l'éditeur des journaux De Tijd et L'Echo, a pu compenser en partie cette situation par une augmentation des ventes d'abonnements. Par rapport à la même période l'année dernière, les revenus en la matière ont en effet augmenté de 2,9 millions d'euros. "Plus que jamais, un journalisme de qualité répond aux besoins en ces temps incertains", analyse l'entreprise.

Dans un scénario sans seconde vague de coronavirus, les revenus des abonnements devraient rester positifs, prévoit Roularta pour les mois à venir. En revanche, "le chiffre d'affaires publicitaire reste, surtout à cause du Covid-19, sensiblement inférieur et très volatil pour les activités d'impression, les médias audiovisuels et les activités en ligne. On enregistre toujours d'importantes fluctuations d'un mois à l'autre, ainsi que des réservations tardives, ce qui engendre une visibilité insuffisante pour permettre la formulation d'un pronostic pour l'ensemble de l'exercice 2020".

Manque de rentrées publicitaires à cause del'incertitude

Tout ou presque dépend de l'évolution de la pandémie. "S'il y a une flambée toutes les trois semaines, cela crée une incertitude pour les annonceurs et les consommateurs", explique Xavier Bouckaert, CEO de Roularta. "Dans ce cas, les recettes publicitaires restent très faibles. Nous ne reviendrons pas au niveau pré-corona cette année", prévient-il déjà.

Aucun investissement ne sera interrompu en raison de l'impact du coronavirus, affirme encore le patron. "Nous avons notamment investi dans une presse à imprimer et nous prévoyons d'investir encore plus dans la numérisation et le développement de logiciels", détaille-t-il ainsi.

Les investisseurs semblent en tous les cas avoir été surpris par ces résultats. L'action de Roularta à la Bourse de Bruxelles était déjà dans le rouge de plus de 8% après une demi-heure d'échanges et oscillait autour de -6% à la mi-journée par rapport à son niveau de vendredi, jour où elle avait connu une hausse importante de sa valeur.

Sur le même sujet

Presse gratuite en Flandre : Roularta annonce l'arrêt du journal "De Streekkrant"

Articles recommandés pour vous