RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Le gouvernement écossais s'excuse officiellement pour les femmes tuées pour sorcellerie

08 mars 2022 à 19:14Temps de lecture2 min
Par Belga

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a présenté mardi les excuses officielles du gouvernement pour les milliers de femmes condamnées pour sorcellerie au 16e et 17e siècle et tuées "simplement parce qu'elles étaient des femmes".

Entre le 16e et le 18e siècle en Ecosse, environ 4.000 personnes ont été accusées de sorcellerie. 84% étaient des femmes.

Au total, plus de 2.500 personnes ont été exécutées pour sorcellerie, la plupart du temps étranglées puis brûlées, après des aveux extorqués sous la torture.

Des excuses posthumes

Mardi, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, Nicola Sturgeon a déclaré au Parlement écossais "reconnaître cette injustice historique flagrante" et "présenter des excuses posthumes officielles à toutes les personnes accusées, condamnées, calomniées ou exécutées en vertu de la loi de 1563 sur la sorcellerie."

Cette loi prévoyait la peine capitale pour les coupables de sorcellerie et fut en vigueur jusqu'en 1736.

"À une époque où les femmes n'étaient même pas autorisées à témoigner devant un tribunal, elles étaient accusées et tuées, parce qu'elles étaient pauvres, différentes, vulnérables ou, dans de nombreux cas, simplement parce qu'elles étaient des femmes", a déclaré Nicola Sturgeon, cheffe de file du parti indépendantiste SNP.

Une association, 'Witches of Scotland', fait campagne depuis deux ans pour obtenir ces excuses officielles ainsi que la grâce de toutes les personnes condamnées pour sorcellerie et un monument national pour se souvenir de ces drames méconnus.

Nicola Sturgeon a déclaré que le Parlement écossais pourrait adopter un texte de loi permettant la grâce réclamée.

Si, en Écosse, la loi sur la sorcellerie a peut-être été reléguée au passé il y a longtemps, la profonde misogynie qui l'a motivée ne l'a pas été

Justifiant sa décision de présenter des excuses, la Première ministre écossaise a fait valoir qu'il était "important" de reconnaître les injustices passées. Elle a aussi souligné qu' "il y a des régions du monde où, aujourd'hui encore, des femmes et des filles risquent des persécutions et parfois la mort parce qu'elles ont été accusées de sorcellerie."

Elle a conclu que "si, en Écosse, la loi sur la sorcellerie a peut-être été reléguée au passé il y a longtemps, la profonde misogynie qui l'a motivée ne l'a pas été" et "nous vivons toujours avec cela."

Sur le même sujet

En 1966, les femmes de la Fabrique Nationale de Herstal sont en grève

Vivacité

Articles recommandés pour vous