Belgique

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne s’entend pas sur le successeur du délégué général aux droits de l’enfant

© © Tous droits réservés

08 sept. 2022 à 10:29Temps de lecture3 min
Par Jean-François Noulet

Depuis février 2008, Bernard De Vos occupait le poste de Délégué général aux Droits de l’enfant. Bientôt atteint par la limite d’âge pour cette fonction, 65 ans, Bernard De Vos doit quitter ses fonctions avant la fin de l’année. C’est au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qu’il revient de lui désigner un successeur.

Pressentie pour ce jeudi septembre, la décision est reportée. Le choix du nouveau Délégué général ou de la nouvelle Déléguée générale fait l’objet de tractations politiques au sein de la majorité.

Un premier classement des candidat(e)s au poste a déjà été élaboré par un collège d’experts désignés par le Parlement. Sur une vingtaine de candidats et candidates, il en a jugé six aptes à la fonction et a proposé un classement préférentiel.

Par la suite, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a procédé à un autre classement, tenant compte de l’avis des experts du Parlement mais ajoutant d’autres critères tels que les compétences en communication des candidats, leurs compétences juridiques, leur expérience en gestion d’équipe, par exemple.

La candidate qui sort en tête de la grille de lecture du gouvernement n’est pas le candidat classé premier à l’issue de la sélection opérée par le Parlement. Dès lors, cela coince entre les partenaires de la majorité pour valider le choix. D’autant plus que certains candidats ont une étiquette politique.

Ce qu’ont proposé les experts du Parlement

En juin et juillet dernier, le Collège d’experts désignés par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a auditionné les candidats au poste de Délégué général aux droits de l’enfant. Il devait vérifier leurs capacités et aptitudes à exercer le mandat aux travers de plusieurs critères tels que la motivation personnelle, les priorités, l’expérience du candidat ou de la candidate dans le cadre de la médiation et la gestion de plaintes, notamment.

Une vingtaine de candidats ont été auditionnés. Au terme des auditions, le Collège d’experts a procédé à un classement préférentiel des candidats.

Six candidats ont été jugés aptes.

Pour les experts, un candidat sort du lot, d’après les documents que nous avons pu lire. Il s’agit de Solayman Laqdim, actuel Directeur de la prévention à Liège, au sein de l’Administration générale de l’aide à la jeunesse. Il a aussi été membre du cabinet de Rachid Madrane (PS)

Le collège d’experts classe ensuite 2e ex aequo deux candidates. Il y a d’une part Madeleine Guyot, conseillère de l’actuel Délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos. D’autre part, c’est Joëlle Milquet (cdH, les Engagés) que les experts classent en 2e ex aequo.

Vient ensuite dans le classement des experts Séverine Acerbis. C’est l’actuelle responsable de la cellule "Petite enfance" au sein du cabinet de la ministre Bénédicte Linard (Ecolo).

David Lallemand est aussi jugé apte. Il est actuellement conseiller et porte-parole du Délégué général aux droits de l’enfant.

Autre candidate jugée apte, Virginie Cordier, la directrice du centre culturel La Vénerie à Watermael Boitsfort.

Les autres candidats au poste ne sont pas jugés "aptes" par le Collège d’experts. Quelques-uns pourraient, au mieux, convenir à la fonction. Les autres ne conviennent pas.

Le gouvernement procède à un autre classement

Ce rapport des experts et ce classement ne font pas l’unanimité au sein du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles où l’on a choisi d’ajouter d’autres critères pour préciser la sélection.

Ainsi, outre l’avis des experts du Parlement, le gouvernement a classé les candidats en fonction, par exemple, de leurs compétences en communication, en relations publiques, de leurs compétences juridiques, de leur expérience en gestion d’équipe.

Une fois ces nouveaux critères pris en considération, une seule candidate satisfait à tous les critères. Il s’agit de Madeleine Guyot, actuelle conseillère du Délégué général aux droits de l’enfant, classée 2e ex aequo par les experts du Parlement.

Selon la grille d’analyse du gouvernement, Séverine Acerbis (du cabinet Linard) et Joëlle Milquet (Les Engagés, ex cdH) seraient aussi d’excellentes candidatures.

De la note du gouvernement que nous avons pu lire, il ressort que les autres candidats et candidates n’ont pas les qualités suffisantes pour exercer la mission de Délégué général aux droits de l’enfant, même pas le candidat jugé le plus apte par le Collège d’experts, Solayman Laqdim.

Bref, de quoi rendre un peu plus compliquées et délicates les discussions entre partis de la majorité pour aboutir à un consensus.

Bernard De Vos, délégué général aux droits de l'enfant (Archives JT 2021)

L'invité du 13H : Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l'enfant

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Fédération Wallonie-Bruxelles : toujours pas d’accord sur le successeur du délégué général aux droits de l’enfant

Belgique

Nouveau délégué général aux droits de l’enfant : le Parlement de la FWB se fera bien assister d’experts pour rendre son avis

Belgique

Articles recommandés pour vous