RTBFPasser au contenu

Regions Bruxelles

Le gouvernement bruxellois veut une meilleure inclusion des personnes LGBTQIA +

Sur proposition de la secrétaire d’État à l’égalité des Chances, Nawal Ben Hamou, le gouvernement bruxellois a adopté 35 mesures pour une meilleure inclusion des personnes LGBTQIA +.
03 févr. 2022 à 12:082 min
Par Véronique Fievet

Trente-cinq actions concrètes pour améliorer l’inclusion des personnes LGBTQIA + entre 2022-2025. Le gouvernement bruxellois a définitivement adopté ce jeudi, un plan proposé par la secrétaire d’État à l’Égalité des chances Nawal Ben Hamou, et soutenu par le secteur associatif qui a participé à son élaboration.

Récemment, l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), montrait la nécessité de mesures énergique pour lutter contre les inégalités qui frappent les personnes LGBTQIA +. Cette enquête soulignait que 66% des personnes sondées évitaient encore de se tenir la main pour ne pas être dévisa­gées et 27% évitaient certains endroits de l’espace public par peur d’être agressées.

Des personnes trop souvent discriminées (au travail) et victimes de violence et de harcèlement, à titre d’exemple : une personne trans et intersexe sur cinq a été agressée physiquement ou sexuellement au cours des cinq années précédant l’enquête.

Un plan transversal et inspiré par les recommandations du secteur associatif

Ce premier Plan s’applique à l’ensemble des compétences de la région bruxelloise :" l’Égalité des chances, le Logement, la Fonction publique et les Pouvoirs locaux, l’Emploi, la Prévention et la Sécurité, L’Urbanisme et l’Aménagement du territoire, la Mobilité, la Recherche scientifique, l’Image de Bruxelles et les Relations internationales, le Sport, la Santé et les Familles ", explique Nawal Ben Hamou. Il vise en particulier à assurer un suivi efficace des faits de violence, en lien avec la police et le parquet et à mettre en œuvre des mesures de sensibilisation et de prévention. Chaque mesure du Plan est planifiée, budgétée et prévoit des indicateurs de suivi.
 

Chacun, chacune doit pouvoir se sentir en sécurité dans l’espace public

Pour Elke Van den Brandt, ministre de la Mobilité : " L’espace public appartient à tout le monde. Chacun, chacune doit pouvoir s’y sentir en sécurité, peu importe son genre, son identité et son orientation sexuelle. Pour cela, à l’aide d’experts des questions de diversité et de l’inclusion des personnes LGBTQIA + nous devons mieux comprendre les enjeux psychosociologiques de déplacement de ces groupes divers, adapter les espaces publics à ces publics, renforcer les dispositifs de surveillance, et imaginer des transports publics apaisants".

De son côté, le ministre des Finances, du Budget et de la Fonction publique, Sven Gatz ajoute : " Dans le cadre de ma compétence pour la fonction publique, je vais me concentrer sur la formation et la sensibilisation à l’inclusion des personnes LGBTQIA + dans les institutions publiques."

Quant à Pascal Smet, secrétaire d’État chargé de l’Urbanisme et du Patrimoine, des Relations européennes et internationales, il a précisé : "La position stratégique de Bruxelles en tant que capitale de l’Europe et siège de nombreuses institutions internationales renforce le rôle de Bruxelles en tant qu’ambassadrice des bonnes pratiques dans le domaine de l’inclusion des personnes LGBTQIA. Je suis donc fier qu’en tant que gouvernement bruxellois, nous puissions mettre la main à la pâte dans le cadre de ce plan d’action."

 

Un monitoring régulier et une évaluation par un prestataire extérieur

Le Plan fera l’objet d’un monitoring régulier par le comité Égalité des chances (administrations publiques régionales et cabinets ministériels) en collaboration avec le secteur associatif, d’un rapport intermédiaire coordonné par un partenaire externe en 2023 ainsi que d’une évaluation finale, également réalisée par un prestataire afin d’assurer un processus d’évaluation solide et neutre. Cette dernière évaluation ainsi la mise en œuvre concrète du Plan seront présentées au Parlement bruxellois.

Articles recommandés pour vous