Regions

Le gouvernement bruxellois veut imposer des quotas pour favoriser la diversité au sein du Siamu

Bientôt des quotas obligaoires au sein du Siamu bruxellois?

© Eric Lalmand - Belga

08 sept. 2022 à 09:39Temps de lecture1 min
Par Philippe Carlot

Le Siamu bruxellois s'est trouvé plusieurs fois au coeur de la tourmente ces derniers mois. Des cas de racisme et de sexisme ont défrayé la chronique et terni l'image de ce corps d'hommes et de (rares) femmes au métier aussi indispensable que périlleux. A tel point que le secrétaire d'état de tutelle, Pascal Smet, a commandé deux audits pour objectiver les deux phénomènes.

 

Des quotas, mais de portée limitée

Ces audits ont débouché sur une série de recommandations dont l'objectif, à terme, vise à modifier la culture d'entreprise en faveur de davantage de diversité. Parmi ces recommandations figure l'instauration de quotas en faveur des femmes et des personnes d'origine étrangère. Le gouvernement vient de traduire concrètement ce point en actes. Le projet de réforme du statut administratif et pécuniaire du corps opérationnel des pompiers prévoit, en son article 41, deux types de quotas. 

Le mécanisme n'entre en vigueur qu'au moment des examens de promotion. En cas d'égalité de points, le nouveau statut octroiera la première priorité au candidat dont le genre est le moins représenté au sein du Siamu (en clair, les femmes ); ensuite, toujours en cas d'ex-aequo, la préséance reviendra au candidat issu d'un pays hors UE-27. 

On le voit, la portée de ces quotas est plutôt réduite. Il faudra qu'une égalité de points concerne un homme et une femme ou deux candidats dont l'un soit d'origine étrangère pour que le quota s'applique. 

Une mesure fraîchement accueillie

Le projet de réforme du statut des pompiers et ambulanciers n'en est qu'au début de son processus d'adoption. Le gouvernement l'a approuvé en première lecture avant de le soumettre aux syndicats pour négociations. Du côté de la direction du Siamu, on préfère s'abstenir de tout commentaire tant que les discussions sont en cours. 

Même prudence du côté syndical, même si, en off, on ne cache pas son opposition aux quotas, tant au SLFP (majoritaire) qu'à la CGSP. Même du côté de la cellule diversité du Siamu, on se retranche derrière une formule consensuelle :"nous sommes contre toutes formes de discrimination dans un sens comme dans l'autre, nous souhaitons l'égalité et l'équité". 

Pour symboliques qu'ils soient, les quotas ne passeront pas comme une lettre à la poste chez les pompiers bruxellois. 

Sur le même sujet

Le gouvernement bruxellois classe un immeuble Art Nouveau de plus

Regions

Articles recommandés pour vous