RTBFPasser au contenu

Chroniques

Le Gouvernement bruxellois se prend les pieds dans le taxi

Les coulisses du pouvoir

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 nov. 2021 à 07:063 min
Par Bertrand Henne

Le Gouvernement bruxellois est sous pression depuis vendredi. Uber a décidé de fermer sa plateforme qui emploierait près de 2000 personnes. Le Gouvernement est divisé et en crise.

Un précédent : le voile à la Stib

Le Gouvernement est une nouvelle fois en crise. Pour la deuxième fois, de manière spectaculaire, une décision de justice est venue sortir le Gouvernement bruxellois de sa torpeur et révéler au grand jour ses divisions.

Souvenez-vous, comment un recours gagné à propos du voile à la Stib avait plongé le Gouvernement dans une difficulté monstre entre partenaires Ecolo, PS et DEFI surtout. La solution : un compromis baroque et une patate chaude dégagée au Parlement où un débat sur la neutralité dans les services publics est censé se tenir.

Avec les taxis on assiste à un schéma similaire, un Gouvernement dans la torpeur, bloqué, brusquement réveillé par une décision de justice. En l’occurrence un recours des Taxis Verts qui aboutit à une décision : les services d’Uber contreviennent à la législation existante. Sans attendre, Uber les a donc purement et simplement fermés, laissant près de 2000 chauffeurs sans activités et mettant le Gouvernement au pied du mur.

Une tuile pour le PS

C’est le parti socialiste qui est particulièrement mal pris. Le PS qui se présente comme le défenseur des taxis contre une multinationale qui veut déréguler le marché. Il est vrai que la méthode d’Uber : arriver sur un marché, le saturer, contourner les règles et puis pousser à la dérégulation et au moins disant social est bien connue, jusqu’à devenir une antonomase : l’ubérisation. Uber est à la dérégulation ce que le Sopalin est à l’essuie tout, et le Reynolds au papier-alu.

De nombreuses villes, régions ou autorités locales se sont confrontées à Uber, parfois en cédant, parfois en les interdisant, souvent en les encadrant dans un compromis. Or, depuis 7 ans, au nom de la lutte contre l’ubérisation, le PS bloque tout compromis. Mais en prétendant lutter contre le capitalisme sauvage le PS relaie sans nuance les intérêts de société de taxis bruxellois et soutient ce qu’il faut bien appeler un capitalisme de rente. Les fameuses licences de taxi, au nombre limité et qui s’échangent à prix d’or.

Un risque d’isolement

Le PS risque de se retrouver isolé sur ce dossier et peut-être contourné. Quatre partis de la majorité au Parlement bruxellois (les trois partis flamands plus défi) ont déposé une proposition d’ordonnance qui doit offrir une solution temporaire aux chauffeurs Uber dans l’attente de l’approbation du Plan taxi du gouvernement régional qui arriverait au mieux à l’été.

Le MR dans l’opposition a annoncé qu’il pourrait soutenir le texte, Écolo n’a pas cosigné mais pourrait peut-être le voter. Bref, une majorité alternative se dessine dans le dos des socialistes. Le PS réplique en disant que le texte alternatif est dicté par Uber et dépose en urgence sa réforme au Parlement pour accélérer un peu les choses.

Rudi Vervoort affaibli

Une majorité alternative, ce serait un désaveu complet pour le gouvernement Vervoort. Bien sûr, une majorité alternative peut exister sur certains dossiers, comme les dossiers éthiques. Mais sur un dossier général comme celui des taxis, une majorité alternative, c’est le signe qu’il n’y a plus de majorité autour de Rudi Vervoort. Si la majorité reste en place le PS s’interrogera sans doute : faut-il garder Rudi Vervoort, ou relancer l’équipe avec un nouveau capitaine ?

Car, ça commence à faire beaucoup pour le gouvernement Vervoort. La neutralité à la Stib, les taxis, on peut ajouter aussi l’abattage sans étourdissement ou la taxe kilométrique. Même si l’exécutif ne craque pas sur le cas Uber, il risque d’arriver aux élections de 2024 comme un vieux taxi, en bout de course, dans lequel plus grand monde ne veut monter.

Sur le même sujet

10 déc. 2021 à 09:40
1 min
02 déc. 2021 à 06:21
1 min

Articles recommandés pour vous