Monde

Le gouvernement Ayrault est connu: Laurent Fabius aux Affaires étrangères

Le nouveau Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, met la dernière main à son gouvernement

© AFP / FRED DUFOUR

16 mai 2012 à 11:00 - mise à jour 16 mai 2012 à 19:01Temps de lecture4 min
Par Thomas Nagant

Le président François Hollande a rendu public mercredi la composition de son premier gouvernement, dans lequel l'ex-Premier ministre Laurent Fabius, 65 ans, occupe le poste de ministre des Affaires étrangères et Pierre Moscovici, 54 ans, celui de ministre de l'Economie, des Finances et du Commerce extérieur.

Le nouveau président a choisi l'un de ses proches, Michel Sapin, 60 ans, pour le ministère du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social et il a confié le dossier de la réindustrialisation à Arnaud Montebourg, 49 ans, membre de l'aile gauche du parti socialiste, chargé du "redressement productif". L'élu breton Jean-Yves Le Drian, 64 ans, est ministre de la Défense et Manuel Valls, de l'aile droite du PS, au ministère de l'Intérieur.

François Hollande a désigné son ancienne porte-parole de campagne, Najat Vallaud-Belkacem, Franco-Marocaine de 34 ans, comme ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement. L'élue de Guyane Christiane Taubira, 60 ans, est nommée à la Justice, Aurélie Filipetti à la Culture et à la Communication et Marisol Touraine, 53 ans, aux Affaires sociales et à la Santé.

Au ministère de l'Economie et des Finances, crucial en ces temps de crise de l'euro, Pierre Moscovici sera assisté d'un ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac.

Voici la liste des autres membres du gouvernement :

- Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale

- Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires et du Logement

- Nicole Bricq, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie

- Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense

- Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

- Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

- Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique

- Victorin Lurel, ministre des Outremer

- Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la jeunesse, de l'Education populaire et de la vie associative

- George Pau-Langevin, ministre délégué auprès du ministre de l'Education nationale, chargée de la Réussite éducative

- Alain Vidalies, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement

- Delphine Batho, ministre déléguée auprès de la Garde des Sceaux ministre de la Justice

- François Lamy, ministre délégué auprès de la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, chargé de la Ville

- Bernard Cazeneuve, ministre délégué auprès du Ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes

- Michèle Delaunay, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes âgées et de la dépendance

- Sylvia Pinel, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme

- Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, des finances et du commerce extérieur, chargé de l'Economie sociale et solidaire

- Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille

- Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées

- Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement

- Yamina Benguigui, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Français de l'étranger et de la Francophonie

- Frédéric Cuvillier, ministre délégué auprès de la ministre de l'Ecologie et du développement durable, chargé des Transports et de l'économie maritime

- Fleur Pellerin, ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique

- Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants.

 Le gouvernement compte 34 membres, sans compter le Premier ministre. Le précédent cabinet du Premier ministre de droite François Fillon comptait déjà 32 ministres et secrétaires d'Etat.

Il s’agit du premier gouvernement paritaire en France avec 17 femmes à la tête de ministères et autant d'hommes. C'est la mise en oeuvre d'une de ses principales promesses de campagne. Les postes les plus prestigieux restent cependant occupés par des hommes à l'exception de la Justice.

Pas de second rôle pour Martine Aubry

Elle se voyait en capitaine, pas en officier de pont, fut-il second: Martine Aubry, l'influente Première secrétaire du PS français et maire de Lille ne joue donc pas les seconds rôles dans le gouvernement Ayrault.

Martine Aubry n'est pas particulièrement une amie de François Hollande. Dans la dernière ligne droite de la campagne des primaires socialistes, c'est elle qui avait qualifié la ligne de François Hollande de "gauche molle", une expression qui avait longtemps handicapé le candidat socialiste. Si elle reste hors du gouvernement, Martine Aubry devrait par contre demeurer à la tête du parti socialiste. Sans doute y incarnera-t-elle une "autre ligne", peut-être plus radicale, que celle du gouvernement lorsqu'il sera confronté à l'exercice du pouvoir.

Un peu de vert dans le rose

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ne comporte pas vraiment de ministres "d'ouverture", sauf vers le vert. Car un accord avait été passé avant même le premier tour avec les écologistes, en vue principalement des élections législatives. Il vaut quasiment programme commun de gouvernement. La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot, avait négocié l'accord avec le PS pour les législatives, au risque de plomber la campagne de sa candidate, Eva Joly, qui s'était fortement engagée sur la sortie du nucléaire alors que la direction des verts concédait aux socialistes la continuité de cette filière.

Au travail dès jeudi

Jean-Marc Ayrault, en tout cas,  ne veut pas perdre de temps. "L'essentiel, et c'est pour cela que le conseil des ministres se réunira demain, c'est de se mettre très vite au travail au service des Français pour réussir ensemble, avec eux, le redressement de la France dans la justice", a-t-il souligné. Il a fait cette déclaration sur le perron de l'hôtel de Matignon environ une heure après la passation de pouvoir et le départ de son prédécesseur François Fillon.

Jean-Marc Ayrault a évoqué "son émotion et de sa fierté" après l'annonce de sa nomination mardi après-midi. "C'est une marque de confiance de la part du président de la République", a-t-il dit.

T.N.

France : nouveau gouvernement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nouveau couple franco-allemand : rencontre entre Hollande et Merkel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La foudre sur l'avion de Francois Hollande : explications

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

François Hollande baisse son salaire et celui de ses ministres de 30%

Monde

Articles recommandés pour vous