RTBFPasser au contenu

Belgique

Le futur patron de la SNCB Jo Cornu ne veut pas renoncer à ses mandats

Le futur patron de la SNCB Jo Cornu ne veut pas renoncer à ses mandats
24 sept. 2013 à 02:23 - mise à jour 24 sept. 2013 à 04:271 min
Par Belga News

Il est actuellement en vacances en famille à La Réunion. Jo Cornu, 69 ans, l'homme que le gouvernement est allé chercher pour remplacer au plus vite le patron démissionnaire de la SNCB, Frank Van Massenhove à peine installé.

Sauf que, peu connu, Jo Cornu n'est pas tout à fait n'importe qui. Avec un solide CV. Et de bons mandats d'administrateur chez Agfa-Gevaert, KBC et Belgacom, outre un titre de président du conseil d'administration de la société Electrawinds. Des mandats qu'il entend, dit-il, conserver, sauf Electrawinds. Et il a reçu d'ailleurs un feu vert en ce sens du gouvernement.

Lorsque son nom est sorti du chapeau, le kern a planché sur ses mandats. Des mandats qui, dit-il, peuvent parfaitement se cumuler avec ses nouvelles responsabilités à la SNCB. Cela fait tout au plus "15-20 conseils d'administration par an", dit-il, et "des documents envoyés par e-mail".

Mais du côté du ministre de tutelle des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, on prépare tout de même pour un prochain conseil des ministres un texte qui donnera aux comités de gestion des entreprises publiques le droit de vérifier les mandats de ses CEO pour juger d'éventuelles incompatibilités ou impossibilités matérielles, temporelles, de cumuler. Pour un meilleur tri à l'avenir.

Mais pour Jo Cornu, c'est bon pour cette fois. Et l'on comprend d'autant mieux que l'homme défende ses mandats, lorsque l'on sait que pour 2012, pour ses mandats Agfa-Gevaert, KBC et Belgacom, il a perçu 232 000 euros, plus 50 000 chez Electrawinds. A la tête de la SNCB, il en touchera maximum 290 000 autres.

Du côté d'Ecolo, on proteste déjà, estimant que la SNCB a besoin "d'un patron à temps plein; ses travailleurs et ses clients méritent que le rail soit dirigé à 100%". Ecolo demande au ministre Labille rien moins que de renégocier au plus vite les termes de l'accord conclu avec Jo Cornu.

Fabien Van Eeckhaut

Jo Cornu et ses divers mandats

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous