Regions Namur

Le projet retenu pour le Grognon à Namur: des lignes ondulantes pour un lieu épuré, connecté et multifonctionnel

Namur: aménagement du site du Grognon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 déc. 2016 à 14:43 - mise à jour 06 déc. 2016 à 12:37Temps de lecture5 min
Par Laurence Lenne

Tout d'abord, les namurois devront décidément s'y faire : ne dites plus Grognon, mais "Confluence" ou "Espace Confluence". C'est comme cela que le bourgmestre Maxime Prévot (cdH) a présenté en détail ce lundi matin ce gros projet au confluent de la Meuse et de la Sambre dans la capitale wallonne. Ceux qui sont passés par là le savent: les travaux en vue du futur aménagement ont déjà démarré en août, il s'agit de la phase préalable. Une tranchée a été creusée le long de le Sambre (entre la voirie et la rivière) pour  concentrer tous les impétrants amenés en une seule tranchée pour drainer toute la zone du Grognon. Il y aura les fouilles menées le SPW Archéologie qui démarreront en février 2017.

"Pour une durée compressée d'un an. Cela a été convenu avec le Spw Archéologie. Le trou pour les travaux des fouilles sera pensé en fonction des travaux futurs pour le parking par exemple. Tout sera coordonné en vue de l'aménagement futur de l'esplanade." précise Maxime Prévot. Et après les fouilles, la métamorphose va démarrer: "Modification des voiries, parking sous-terrain, création d'un bâtiment contemporain qui abritera le port numérique, une esplanade aux lignes ondulantes qui servira aussi bien de lieu de ballade que de lieu d'accueil à de grands événements publics. Sans oublier l'intégration de la passerelle cyclo-piétonne entre le Grognon et Jambes." 

3 offres sur la table : le projet retenu est celui du groupe Degraeve-Nonet-Duchêne

"Plusieurs critères ont été pris en compte, comme la structure urbanistique et paysagère, la qualité architecturale, l'innovation ou encore la mobilité et la durabilité", explique Marcel Smets, le président du jury indépendant composé de plusieurs experts.

"Il y avait au départ 10 candidats potentiels. La première sélection du jury en a retenu 5. Et de ces 5, seulement 3 offres concrètes ont été déposées dans le délais imparti, à savoir avant le 8 juillet 2016."

Les 3 offres sont celles de Strabag Belgium, du trio Enaerts-Jan De Nul-Kumpen et du groupe Degraeve-Nonet-Duchêne. "C'est ce dernier qui a été choisi" poursuit Marcel Smets, professeur d'urbanisme à la KUL et ayant participé à plusieurs projets de redynamisation de villes comme Leuven et Nantes.

"Le projet du groupe Degraeve-Nonet-Duchêne inclut le travail d'un bureau d'architecture danois. Ce projet a séduit le jury à l'unanimité car il est innovant d'une part, par ce côté courbes dans son apparence mais qui en même temps n'entraine aucune cassure dans les niveaux. On est au même niveau entre l'esplanade et l'entrée dans le bâtiment du port numérique par exemple. Il respecte aussi l'aspect intégration dans un lieu entouré de circulation comme l'est le Grognon. (un grand rond-point modifiera l'accès aux voiries du côté du parlement wallon et du pont du musée). Il y aura par exemple beaucoup d'écrans de végétation qui sépareront l'espace "Grognon-Confluence" de la route. Des escaliers circulaires aussi qui intègrent la passerelle cyclo-piétonne (le projet met très bien en valeur  la future passerelle précisent les experts ),  avec aussi un espace de ballade sur le toit du port numérique. Sur l'esplanade, il y aura de petits espaces verts où les enfants pourront jouer. ce ne sera pas que béton.  Sans oublier le lieu réservé à la restauration et le bar dans le port numérique qui est très bien pensé, tourné vers le confluent avec cette vue sur l'eau via de grandes baies vitrées."     

Un projet qui fait l'unanimité au conseil communal.  Un bâtiment contemporain "connecté" et tourné vers l'eau à la pointe du Grognon.

Pour présenter ce projet ce lundi matin à la presse, le bourgmestre cdH est aux côtés des chefs de groupe des autres partis présents au conseil communal. (Ecolo et MR, dans la majorité à la Ville).  Le seul parti dans l'opposition à Namur, le PS, est aussi représenté par sa tête de file Eliane Tillieux.

"Nous soutenons ce projet à forte  dimension culturelle, d'innovation, numérique, bref un projet emblématique pour Namur. Le PS namurois se réjouit des fonds européens Feder pour ce projet.  Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde, sur la manière, pour les  projets de téléphérique et de futur centre commercial. Mais ici, pour le Grognon, nous approuvons le choix", explique Eliane Tillieux.      

Pourquoi ce projet plutôt qu'un autre ? "Le critère du coût n'a pas penché dans la balance", répond le bourgmestre Maxime Prévot. "Le coût total du projet retenu sera d'environ 7 millions d'euros, cela fait 8 millions et demi d'euros TVA comprise. Les différences de budget entre les 3 offres n'étaient pas énormes. Ce que l'on apprécie dans ce projet, c'est l'ambition de réunir à la fois les fonctions culturelles, numériques (liée à la dimension de Smart City que veut devenir Namur ) avec tout d'abord un bâtiment vitré qui sera un lieu de connexion numérique. Le "port numérique" comme on l'appelle. Des  écrans et ordinateurs pour les Namurois et les touristes. On y retrouvera le pavillon de l'aménagement urbain, qui présentera les projets de la ville. Un espace pour l'Horeca aussi ouvert sur l'eau via de grandes baies vitrées. Et la possibilité plus tard d'ouvrir une terrasse sur La Meuse. C'est tout à fait dans l'esprit de connexion avec la confluence, avec l'eau. Et à coté de cela, l'esplanade piétonne, avec différents espaces végétaux, reste bien sûr un espace exploitable pour de grands événements publics".

Pour quand ce futur Grognon à Namur ?

Après ce choix posé par un jury d'experts, le projet de  Degraeve-Nonet-Duchêne est donc aujourd'hui celui retenu par la Ville de Namur. La désignation officielle du soumissionnaire ne sera officiellement notifié qu'après le délais de recours possible. "En février en principe, ajoute Maxime Prévot, le soumissionnaire présumé devrait sauf recours devenir  l'officiel".

Et après ? "En février, les fouilles archéologiques menées par le SPW vont commencer comme prévu. En février aussi, les travaux de la construction de la passerelle cyclo-piétonne vont débuter à leur tour. Le permis a été obtenu marché a été attribué", ajoute le maïeur namurois et ministre wallon.

"Les travaux  pour l'aménagement complet du Grognon vont durer 3 ans, jusqu'à 2020." Il s'agit d'un vaste projet en très grande partie financé par les fonds européen FEDER obtenus par la commune. Cet espace "Confluence" sera le toit, rappelons-le, d'un parking sous-terrain. "Un parking de 4 niveaux d'environ 650 places, en dessous de l'esplanade."

Présentation des prochains chantiers de la ville ce lundi soir aux namurois à 20 H

Et de ce projet "Confluence" sur et autour de l'esplanade du Grognon, on devait en parler ce lundi soir à Namur. Comme c'est le cas deux fois par an, la Ville organise une réunion publique d'information sur les travaux liés aux grands projets. Quartier de la Confluence donc, mais aussi Quartier de la Gare ou des Casernes, le centre de Namur se transforme et les citoyens sont invités à venir s'informer et poser leurs questions. Cette réunion était prévue ce lundi soir à 20h à l'auditoire Pedro Arupe à Namur.   

Articles recommandés pour vous