RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Regions

Le foyer Shekina déménage à Evere pour mieux accueillir les enfants en difficulté ou en danger.

28 févr. 2022 à 10:22Temps de lecture6 min
Par Véronique Fievet

En Fédération Wallonie-Bruxelles, quatre mille sept cents enfants environ vivent en institution (foyers dépendant de l’aide à la jeunesse, internats, pouponnières, homes d’accueil) suite à une décision de placement. Des institutions parfois anciennes et qui ne correspondent plus toujours aux besoins des enfants vivant en communauté. L’ancien bâtiment occupé par le foyer Shekina à Schaerbeek était un bon exemple. Cette structure héberge à l’année 15 enfants de 3 à 18 ans, des enfants et adolescents obligés de se partager des chambres de 4 lits, et juste une petite cour pour se défouler. Heureusement, ils déménageront bientôt à Evere dans des locaux lumineux et confortables avec un grand jardin et des espaces qui permettent d'échapper à une trop grande promiscuité.

Claire Anselme et Sébastien de Cooman sont les deux codirecteurs du foyer Shekina
Claire Anselme et Sébastien de Cooman sont les deux codirecteurs du foyer Shekina © Tous droits réservés

Si le retour en milieu familial reste en principe l’objectif, force est de constater que la réalité est parfois bien différente. "Certains restent un an ou deux d’autres vont rester avec nous pendant 15 ans", reconnaît la direction. Une situation générale dans les institutions de Wallonie et de Bruxelles, d’autant plus interpellante que la durée du placement est nettement supérieure à celle constatée dans d’autres pays. C’est en tout cas ce que pense Bernard De Vos, le Délégué général aux droits de l’enfant. Dans son rapport d’activité 2019-2020, il n’hésitait pas à parler de violences institutionnelles :"Il arrive qu’avec les meilleures intentions du monde, les institutions qui doivent veiller sur nos enfants se révèlent maltraitantes et violentes."

Bernard De Vos était invité ce lundi de la matinale sur vivacité Bruxelles

Bernard De Vos dénonce la longueur des placements d’enfants en institution

Combien sont-ils à grandir loin d’un foyer familial ? Ce chiffre, de l’avis de nombre d’interlocuteurs, est complexe à déterminer tant les types de structures (et les pouvoirs subsidiants) sont nombreux. Tentons néanmoins l’exercice : outre les 3593 jeunes accueillis en famille d’accueil, l’Administration générale de l’Aide à la jeunesse enregistrait au 1er mai 2020, 2959 hébergements dans des services agréés. Près de trois mille jeunes de 6 à 18 ans donc, auxquels il faut ajouter 417 enfants de moins de six ans accueillis en pouponnières, plusieurs centaines d’autres sont pris en charge dans des institutions pour handicapés, des internats scolaires, homes d’accueil et autres services de mises en autonomie. En Fédération Wallonie-Bruxelles, on parlerait donc de 4700 jeunes qui grandiraient hors famille (famille biologique ou famille d’accueil).

Articles recommandés pour vous