RTBFPasser au contenu

Football

"Le foot c'est un ballon pour la drague, des draps propres et une galette à la fin"

"Le foot c'est un ballon pour la drague, des draps propres et une galette à la fin"

Aujourd’hui on va se demander "pourquoi parle-t-on toujours de football ?" Pourquoi on ne parle pas de balle pelote, de balle au tamis, de balle au prisonnier ou de Bâle en Suisse ? C’est le pied-balle qui attire toutes les attentions.

Eh bien simplement parce que le foot est un liant social. Un peu comme la clope ou la chope, en fait. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont si souvent liés. C’est juste moins nocif. Quoi que… quand on entend certaines choses, on peut se dire que notre sérénité mentale risque d’en prendre un fameux coup. "C’est une belle… soirée", explique leeeentement Fall de Charleroi. "Ça fait plaisir… de gagner… chez nous, là." À l’interview, il est plus rasta que rocket et pourtant il trace sa ligne sur le terrain. Maintenant, l’exercice de l’interview reste difficile. C’est d’ailleurs aussi parce que les joueurs sont très sollicités que ce sport fait parler. Souvent, c’est instructif. On apprend plein de choses en écoutant les footeux. Belfodil du Standard nous explique ce qui les motive, ce qui les fait avancer. "Je n’ai pas abandonné, j’ai continué à y croire jusqu’à la dernière minute et il y a un super centre d’Adrien Trebel qui me met une galette".

Donc ils ne fonctionnent pas avec une carotte, mais avec une galette. Comme quoi. C’est aussi cette diversité qui intrigue, qui intéresse le monde. Un monde auquel nos amis footballeurs essayent de plaire. Joe Hart, gardien de City, prêté à Torino en Italie, a voulu faire plaisir à ses supporters, et il a laissé un message sur son Facebook... en italien.  Et visiblement, Google Trad n’est pas vraiment son ami. "Je suis là depuis deux semaines et je jouis. Deux draps propres mais une dernière nuit folle." Tu m’étonnes qu’il se sent bien là-bas !

L’amour du ballon rond

Un amour qui se traduit de bien des manières. On aime le foot parce que le foot fait en sorte qu’on l’aime. Demandez à Onur Kaya la force que son sport peut avoir. "Quand tu dis que tu es un joueur de foot et que tu vas voir une fille, ça sonne plus." Petit coquin. Apparemment, il a essayé de contacter Aline Zeler, capitaine des Red Flames. Mais ils ne s’accordaient pas sur la définition du football. "Le football, c’est simple, c’est un ballon et des adversaires que ce soit garçons ou filles et c’est parti".

Définition profonde. Vous constatez que les femmes rivalisent d’ingéniosité avec les mecs. C’est aussi ça qui fait l’universalité du ballon rond. À l’interview, hommes et femmes sont égaux. Même dans les tics de langage. "On a bien travaillé, on a bien joué", dit Tessa Wullaert. "On était contentes, on avait travaillé pour ça depuis un an. En même temps, on a travaillé dans notre club aussi. On doit juste travailler et si on se donne dans chaque match à 100% et qu’on continue à travailler, il y a des choses possibles"

En même temps, comment lui en vouloir. Elle adore son sport et le foot lui rend bien. Puis, elle a raison, le travail c’est important. C’est la santé. Vraiment moins nocif que la clope ou la chope. Même si c’est une drogue aussi la plupart du temps.

Articles recommandés pour vous