RTBFPasser au contenu

Football

Le Final Four 2023 de la Ligue des Nations sur le sol belge ? Pourquoi, comment ?

Le Stade Roi Baudouin, candidat avec le Stade Maurice Dufrasne de Sclessin, pour accueillir le Final Four de la Ligue des Nations en juin 2023

Après le cuisant échec de la candidature pour l'organisation de la Coupe du Monde 2018, ainsi que de certains matchs de l'Euro 2020, l'Union belge de football repart à la charge pour organiser la phase finale de la Nations League en juin 2023. Les matches de groupes, lors desquels les Diables Rouges affronteront les Pays-Bas, la Pologne et le Pays de Galles, sont programmés en juin et septembre 2022. Les demi-finales et la finale auront lieu du 14 au 18 juin 2023. Si la candidature belge est retenue, les matches se joueraient au Stade Roi Baudouin de Bruxelles et au Stade Maurice Dusfrasne du Standard de Liège. Mais les trois adversaires sur le terrain le seront aussi...en dehors, puisque les Pays-Bas, le Pologne et le Pays de Galles se sont également portés candidats à l'organisation du Final Four. Si le dossier convainc l'UEFA, le vainqueur du groupe remportera donc aussi la mise pour l'organisation du tournoi... 

22 ans après la co-organisation de l'Euro 2000, il est temps que la Belgique retrouve le devant de la scène, et pas seulement grâce à ses résultats sur le terrain. Pour Peter Bossaert, CEO de l’URBSFA : "Il était temps que nous puissions à nouveau nous présenter pour organiser un grand événement international de football, ce qui n'est pas évident dans notre pays qui compte des infrastructures footballistiques limitées. Mais la phase finale de la Nations League est un événement footballistique compact avec quatre matches dans deux stades. Je suis très reconnaissant envers la Ville de Bruxelles concernant sa volonté d’effectuer les interventions nécessaires à l'amélioration du confort du Stade Roi Baudouin et la Ville de Liège pour l'organisation de l'autre demi-finale et de la petite finale. Si toutes les planètes s’alignent, que notre candidature est retenue et que nous pouvons nous qualifier pour la phase finale de la Nations League, cela signifierait qu'après une longue attente, nous pourrions à nouveau offrir à nos supporters, ici dans notre pays, l'atmosphère des véritables finales européennes."

On le comprend, c'est le caractère compact du tournoi (4 jours et deux stades seulement) qui a poussé l'Union belge à oser sortir devant l'UEFA, ainsi que la volonté d'offrir aux supporters une (dernière ?) possibilité de voir à l’œuvre la "génération dorée" (du moins, ce qu'il en restera après le Qatar...). Avec l'espoir que celle-ci puisse enfin, devant son public, soulever un trophée.

Deux stades... à relifter

Ce qui interpelle, de prime d'abord, c'est de savoir pourquoi des stades (le Roi Baudouin à Bruxelles, et le Maurice Dufrasne à Sclessin) pourraient être éligibles pour la Nations League, alors qu'ils ne le sont pas pour accueillir une finale de Coupe d'Europe, par exemple.

La réponse vient du fait que chaque compétition possède son cahier des charges et ses exigences. Elles sont moindres pour un Final Four. Ce qui avait notamment permis, lors de la première édition au Portugal, de jouer des matchs non seulement à l'Estadio do Dragao de Porto (50.000 places), mais aussi dans le plus modeste Estadio D.Afonso Henriques de Guimaraes (30.000 places seulement). Le projet, ici, est d'offrir une demi-finale et la finale au Roi Baudouin. Tandis que Sclessin accueillerait l'autre demi, ainsi que la petite finale.

Côté bruxellois, on se réjouit de cette première étape franchie. Benoit Hellings, Échevin des Sports de la Ville de Bruxelles : "La Ville de Bruxelles se réjouit de voir la Belgique se porter candidate à l'accueil de la phase finale de la Nations League. Nous allons travailler main dans la main avec l'URBSFA pour déposer un dossier de candidature solide qui permettrait aux Diables Rouges de jouer devant leur public, dans leur Stade Roi Baudouin à Bruxelles, des matches avec des adversaires de haut niveau dans le cadre d'une compétition prestigieuse de l'UEFA.

Bien entendu, le Stade Roi Baudouin ne pourra pas se présenter en l'état pour accueillir une compétition européenne, aussi modeste soit-elle dans son format.

Les sièges, par exemple, devront tous être remplacés, et une zone VIP digne de ce nom devra être mise en place en tribune d'honneur. Les accommodations pour la presse devront être revues également. Bref, un (léger) ravalement de façade sera impératif, en attendant mieux...

Benoît Hellings : "On parle ici d'un projet réaliste et réalisable. Il ne s'agit pas, cette fois, de devoir rentrer un permis d'urbanisme sur un territoire régional autre, de devoir mettre sur pied un partenariat public-privé, de devoir chercher un club résident... Bref, tout ce qui avait fait échouer les tentatives précédentes. Les aménagements de l'intérieur de la Tribune 1 (salle de presse, zone d'interview, etc.) ont déjà débuté et oscillent entre 650 et 700.000 €. Il faudra également améliorer l'éclairage, l'intensité lumineuse, effectuer des travaux de plomberie, de chauffage. Quant au remplacement de l'ensemble des sièges du stade (dont l'assise n'est pas assez élevée), il est budgété autour des 2 millions €. Un marché public européen sera lancé et nous chercherons évidemment un co-financement avec d'autres niveaux de pouvoir. Mais nous sommes dans des fourchettes tout à fait raisonnables, et n'oublions pas qu'un tel événement peut avoir des retombées importantes pour toute la Région de Bruxelles-Capitale en terme d'Horeca notamment, comme c'est déjà le cas lorsque nous accueillons des concerts (il y en aura pas moins de 7 cet été !)."

Côté liégeois, on ne cache pas sa fierté non plus. Sacha Feytongs, Stadium Manager du Standard de Liège : " Le Standard de Liège est fier d’être associé à cette candidature belge. L’enfer de Sclessin a déjà accueilli par le passé divers matches internationaux et tous les acteurs de ces rencontres ont toujours été charmés par l’ambiance incomparable de notre stade. Ce serait donc un grand honneur et une belle reconnaissance pour notre club de participer à la réussite de la phase finale d’une telle compétition."

C'est le 5 octobre 2022 que le dossier final devra être soumis à l'UEFA. Laquelle se prononcera lors d'un comité exécutif dont la date n'est pas encore connue. Mais sachant que l'organisation du Final Four sera, comme les fois précédentes, confiée à un pays qualifié, il sera essentiel, pour que le dossier aboutisse, que les Diables Rouges terminent en tête de leur groupe...

Articles recommandés pour vous