Cinéma

Le film Délivrance fête ses 50 ans

Burt Reynolds sans moustache dans "Délivrance"
30 juil. 2022 à 11:48Temps de lecture3 min
Par Nicolas Buytaers

Sorti le 30 juillet 1972, le chef-d’œuvre de John Boorman a véritablement lancé la carrière de Burt Reynolds.

Il faut parfois savoir se perdre avant de trouver quelque chose…

Face à Ed, des plus sceptique, son ami Lewis a raison. Sauf que dans ce cas-ci, là où les héros de cette histoire se perdent, c’est en enfer ! Mais reprenons tout depuis le début. Ed, Lewis, Bobby et Drew sont les meilleurs amis du monde. Tous les 4 hommes d’affaires, ils vivent dans la jungle en béton armé d’Atlanta. Le temps d’un week-end, ils décident de tout abandonner pour partir à l’aventure, oubliant le stress, les soucis et les femmes. Cette aventure a un nom : Cahulawasseea. Il s’agit en réalité d’une rivière assez mouvementée qui prend sa source dans les Appalaches en Caroline du Nord et qui rejoint la Géorgie (voilà pour le point National Geographic). Cette rivière, nos amis veulent la descendre en canoë. Alors qu’ils découvrent un véritable paradis sur terre, ce voyage va vite se transformer en enfer…

Loading...

Ce film, "Délivrance", nous le devons à John Boorman. Un réalisateur britannique déjà expérimenté qui avait sorti bien des années auparavant des films comme "Le point de non-retour" (d’après un roman de Donald Westlake) avec Lee Marvin et "Duel dans le Pacifique" (un film de guerre) avec Lee Marvin, encore lui ! Sans oublier cet autre drame intitulé "Léo le dernier", film pour lequel il reçut en 1970 le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes (sans Lee Marvin mais avec Marcello Mastroianni). Fort de ces succès, Boorman décide donc de se lancer dans cette ode à la nature qu’est "Délivrance". Une nature certes magnifique mais violente et dangereuse. Une nature qui aura toujours raison de l’homme. Un thème qu’on retrouvera encore quelques années plus tard avec son film "La forêt d’émeraude" ! Boorman, à qui l’on doit d’autres grands films comme le cultissime "Excalibur", l’étrange et fascinant "Zardoz" (avec Sean Connery en slip de bain futuriste) ou l’horrifique "L’exorciste 2".

"Délivrance" c’est l’histoire de 4 potes qui se retrouvent pour un voyage… en enfer
"Délivrance" c’est l’histoire de 4 potes qui se retrouvent pour un voyage… en enfer (Warner Bros)

Sorti le 30 juillet 1972, il y a tout juste 50 ans, "Délivrance" mérite d’être (re) découvert. Pour sa musique déjà. Son air de banjo intitulé "Dueling banjos" a été composé par Eric Weissberg. À la base, Eric est musicien de studio. Il accompagne les plus grands comme Bob Dylan et Billy Joël. Lui qui joue aussi bien de la guitare que de la mandoline que du banjo place son amour du Bluegrass et de la Country au service de ses compositions. La preuve avec son magnifique travail proposé pour "Délivrance" !

Loading...

"Délivrance" doit être (re) vu pour sa star… Burt Reynolds (le Lewis du film) ! Enfin, à cette époque, Burt n’est pas encore une star. Sa carrière débute en 1961 avec les films "Angel Baby" et "L’espionne des Ardennes". Un début de carrière où on le voit encore dans des séries télé comme "Gunsmoke" et quelques westerns spaghettis comme "Navajo Joe" ou "Les 100 fusils". Arrive alors "Délivrance" qui lance véritablement l’acteur au charisme imposant… et sans moustache (elle arrivera après) ! Suivent des films comme "Cours après moi shérif", "L’équipée du Cannonball", "Gator" (qu’il réalise), "Haut les flingues" (avec Clint Eastwood) ou "Stick" (inspiré de l’œuvre du grand Elmore Leonard, l’un des écrivains américains les plus adaptés au cinéma). Une carrière qui aurait encore pu être davantage magnifique… ou différente si Burt Reynolds avait accepté les rôles de James Bond (bon ok après Sean Connery), Han Solo (de la saga "Star Wars") ou Edward Lewis (mais oui, c’est lui qui tombe amoureux de Vivian dans… "Pretty woman") !

Burt et Jon voyagent (eux aussi) au bout de l’enfer
Burt et Jon voyagent (eux aussi) au bout de l’enfer (Warner Bros)

Mais il n’y a pas que Burt qui tire son épingle du jeu (d’acteur) dans ce drame. Il y a aussi Jon Voight (le papa d’Angelina Jolie), Ned Beatty (vu ensuite dans la saga "Superman") et Ronny Cox (le méchant dans "Robocop", le commissaire du "Flic de Beverly Hills", tout ça tout ça). Des acteurs qui ont souffert des conditions extrêmes de tournage (ils ont réalisé leurs propres cascades, entre autres). Des acteurs qui ont tout donné au service d’une histoire violente (sans vouloir tout divulgâcher, la scène du viol est insoutenable), de cette nature dangereuse qui révèle ce que nous avons de pire en nous, qui oppose notre vivre-ensemble en société et le monde sauvage (pas nécessairement celui d’Aywaille), de ce survival en VO, ce film de survie en VF. "Délivrance" est un drame psychologique où la tension ne retombe jamais. Après sa sortie, il a été nommé dans 3 catégories aux Oscars, à savoir le meilleur film, le meilleur réalisateur et le meilleur montage. Mais c’était sans compter la sortie d’un autre chef-d’œuvre la même année… "Le Parrain" de Francis Ford Coppola !

Sur le même sujet

Le Parrain a 50 ans

Cinéma

Articles recommandés pour vous