Les Grenades

Le féminicide bientôt reconnu par une loi en Belgique

La secrétaire d'Etat à l’Égalité des Genres, Sarah Schlitz (Ecolo).

© Tous droits réservés

29 oct. 2022 à 08:50Temps de lecture3 min
Par Ca. We. pour Les Grenades

Le numéro gratuit pour les victimes de violences conjugales est le 0800 30 030.

Le gouvernement fédéral a adopté vendredi un projet de loi cadre visant à doter la Belgique d’un ensemble d’instruments de protection des victimes de féminicides et de mesure de ces crimes, a annoncé samedi la secrétaire d’État à l’Égalité des genres, Sarah Schlitz.

La future législation définit la notion de féminicide officiellement, permet de collecter des données statistiques, améliore les droits et la protection des victimes et prévoit de former la police et les magistrats, selon un communiqué de la mandataire Ecolo

féminicide : un projet de loi pour mieux lutter contre le phénomène

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Une première en Europe"

Cette "loi sur la prévention et la lutte contre les féminicides, les homicides basés sur le genre et les violences qui les précèdent" constitue "une première en Europe", selon Mme Schlitz, même si le féminicide figure déjà dans le code pénal d’une dizaine de pays latino-américains, ainsi qu’en Espagne (2004) et en Italie (2013).

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Le projet de loi distingue plusieurs formes de ce type de crime : le féminicide intime (par exemple une compagne), non intime (par exemple une femme dans un réseau de prostitution), indirect (par exemple à la suite d’un avortement forcé ou d’une mutilation génitale féminine) et l’homicide fondé sur le genre (par exemple un homme transgenre).

Différentes formes de violence

Il définit non seulement les féminicides, mais aussi les différentes formes de violence qui peuvent précéder ce type de crime, comme la violence sexuelle, la violence psychologique et le contrôle coercitif.

Pour cerner l’ampleur du problème et de ses caractéristiques, le texte prévoit la publication d’un rapport annuel reprenant les principales statistiques, les caractéristiques des victimes, des auteurs et de la relation entre la victime et l’auteur.

Une étude bisannuelle est prévue, de même qu’un travail d’analyse par un comité interdisciplinaire, afin d’identifier les manquements et de formuler des recommandations au gouvernement.

Droits des victimes

Les victimes d’une tentative de féminicide bénéficieront en outre de nouveaux droits, par exemple celui d’être interrogées par un membre des forces de police du genre de leur choix, d’être reçues dans un local adapté offrant la discrétion nécessaire, par un policier ou une policière formé aux violences fondées sur le genre, ou encore de recevoir des informations sur les mesures de protection existantes : alarme anti-rapprochement, interdiction temporaire de résidence, interdiction de lieu ou de contact, adresse non-communicable, etc.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Afin d’aider la police et la justice à mieux évaluer les risques encourus par une victime, ou la dangerosité des auteurs, la police et la justice devront, pendant l’enquête, utiliser un outil d’évaluation et de gestion des risques, "un procédé presque unique au monde", selon Mme Schlitz.

Une attention particulière sera accordée aux féminicides et au cycle de la violence qui les précède dans le cadre des formations existantes destinées aux policiers et aux magistrats.

Jusqu’à présent, le fastidieux travail de recensement des féminicides était pris en charge par les associations féministes en Belgique, sur le blog StopFéminicide.

Des propositions venant de différents partis existaient sur cette question. Une proposition de résolution du PS en 2022 "visant à permettre le recensement officiel des féminicides et la création d’un observatoire des féminicides en Belgique", mais aussi les deux propositions de loi déposées fin 2019 par Défi et le PS pour l’intégration du terme féminicide dans le code pénal.

En Belgique, au moins 19 féminicides ont eu lieu rien que cette année. Le 19ème féminicide s'est produit ce jeudi. Une jeune Espagnole de 23 ans a été retrouvée morte poignardée, dans un appartement de la rue du Midi, à Bruxelles, et son ex-compagnon a été arrêté. 

Selon les statistiques de StopFéminicide, il y a eu au moins au moins 22 féminicides en 2021, 27 en 2020, 24 en 2019, 39 en 2018 et 43 en 2017.

Soit, au minimum, 174 féminicides sur ces six dernières années.

Féminicides : Un bilan très lourd cette année – Archives JT 2021

Féminicides : Un bilan très lourd cette année

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous