Le duo MR-cdH veut convaincre DéFI et Ecolo de former de nouvelles majorités

Rencontres politiques entre Lutgen et Chastel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 juin 2017 à 07:38 - mise à jour 27 juin 2017 à 12:52Temps de lecture1 min
Par RTBF

Le scandale du Samusocial est présenté par le cdH comme la goutte qui a fait déborder le vase, qui a provoqué la rupture avec le PS. Aujourd’hui, Benoît Lutgen (cdH) a revu Olivier Chastel, le président du MR, toujours en vue d’explorer une majorité alternative en Wallonie et à Bruxelles ? Lundi, Olivier Chastel avait déjà parlé bonne gouvernance avec Écolo.

La rencontre Lutgen-Chastel s'est achevée vers 14h35. Après quatre heures de discussions ininterrompues, les participants ont acté de "nombreuses convergences" entre les deux partis et appellent les autres partis à les rejoindre pour constituer de nouvelles majorités dans les trois gouvernements des entités fédérées francophones et bruxelloises.

"Notre optique, c'est d'aller jusqu'au bout dans les discussions avec d'autres partenaires (Ecolo, DéFI)", fait valoir Olivier Chastel en sortant de cette rencontre.

La gouvernance est essentielle avance le président du MR, mais ce n’est pas tout. Il a donc aujourd’hui été question d'autre chose avec le cdH, à savoir quels scénarios pour constituer des majorités et monter au pouvoir.

Problème, malgré les convergences entre libéraux et centristes, leur alliance ne suffit pas à constituer une majorité. Ils devront donc convaincre d'autre partenaires. 

Benoît Lutgen rencontrera dès lors à nouveau Ecolo ce jeudi.

"Une politique plus en lien avec le fédéral"

"Je viendrai avec un certain nombre d’éléments de fond pour vérifier, pour valider ce souci de mener des politiques régionales différentes de ce qu’on a mené jusqu’ici, beaucoup plus en lien avec le fédéral. Vous savez combien certaines familles politiques francophones ont considéré pendant longtemps que le MR s’était isolé sur la scène belge en montant dans un gouvernement fédéral", avait rappelé le président des libéraux avant la rencontre.

"Il n’est manifestement pas le kamikaze qu’on disait au départ, puisque ce sont les gouvernements régionaux qui ont chuté, pas le gouvernement fédéral qui travaille au développement économique et à l’amélioration du pouvoir d’achat et de la compétitivité en Belgique", avait ajouté Olivier Chastel pour appuyer sa position.