RTBFPasser au contenu
Rechercher

Un jour dans l'histoire

Le Dit du Genji, de Murasaki Shikibu : le tout premier roman psychologique du monde

14 mars 2022 à 13:00Temps de lecture2 min
Par Lucile Poulain

Vous adorez les intrigues où les personnages meurent d'amour, ont des convictions politiques, des déboires familiaux et des codes d'honneur à respecter en dépit de leurs convictions personnelles, évoluent au gré des rebondissements de leur existence ?


On se doutait un petit peu que la série Dallas n'était pas la première à mettre tout ça en scène (hum hum), mais tenez-vous bien : ça a été écrit il y a plus de mille ans.

Et oui, le Dit du Genji, écrit par la japonaise Murasaki Shikibu, date des années 1010, et il est considéré comme le tout premier roman psychologique du monde. Autant dire qu'on a rien inventé !

 

Ce bouquin a une histoire de fou, et je ne vous parle même pas de l'histoire en tant que telle.


Le véritable nom de naissance de cette jeune femme est inconnu. Mais on sait qu'elle s'est mariée avec Nobutaka Fujiwara, a donc été appelée par la suite Fujiwara No Kaoriko, tout ça pour utiliser un pseudonyme afin d'écrire son œuvre magistrale de plus de 2000 pages, Murasaki Shibiku.

Bref, très jeune veuve, elle est introduite à la cour au milieu de l'époque de Heian, et devient l'une des suivantes de l'impératrice Shoshi.
Son père était poète. Elle sait donc lire et écrire, ce qui est de toute façon obligatoire pour toutes les dames de cour, même les domestiques. Sa botte secrète, c'est son sens inné de l'observation et sa créativité infinie : c'est en fréquentant l'élite impériale qu'elle va nourrir l'histoire de son roman gigantesque.

Avec le recul, les sujets et les intrigues qu'elle met en place sont très en avance sur leur temps. Pour la première fois on rencontre dans un livre la femme bafouée, le mari jaloux, la courtisane, l'incorrigible séducteur, la fascination du pouvoir, la lutte des classes, la malédiction de l'argent... La totale quoi.

Là où Murasaki nous donne une belle leçon de talent mais aussi de discipline littéraire, c'est qu'il y a plus de 200 personnages dans son histoire en plus de Genji, le héros principal. Toutes ces bonnes gens évoluent sur plusieurs générations, changent donc de titre, accèdent à des postes plus élevés ou bien tombent en disgrâce /


Pour expliquer son titre un peu mystérieux (en japonais ça s'appelle " Genji monogatari "), il faut savoir qu'on a pas vraiment su traduire ce terme qui se rapproche du mot " récit " en français, mais avec une forte notion d'oralité, de conte, et pour conserver ça, on l'a donc nommé " Le DIT du Genji ", vous me suivez ?

Vous vous en doutez, ce manuscrit est d'une complexité sans précédent, et surtout, c'est un trésor historique ! Il nous a permis d'apprendre que le shintoïsme et le bouddhisme cohabitaient sans s'exclure l'un l'autre au Japon pendant des siècles, d'imaginer ce à quoi pouvaient ressembler les réceptions de l'Empereur, les tentures de soie, les broderies, les parfums, les arts, les concerts de cithare...

Au fait, les 2000 pages sont écrites en vers... Vous êtes prêts ?
 

Articles recommandés pour vous