Politique

Le déficit public un peu moins important en 2021 grâce à la reprise et au recul de la pandémie

20 avr. 2022 à 09:25 - mise à jour 20 avr. 2022 à 09:25Temps de lecture2 min
Par Jean-François Noulet

Chaque année, en avril et en octobre, l’Institut des comptes nationaux fait les calculs et examine le déficit public. Dans la dernière mouture publiée ce 20 avril, le bilan dressé pour 2021 reste négatif mais moins qu’attendu, à la faveur d’une reprise économique et d’une réduction des mesures de soutien prises dans le cadre de la pandémie. Ces comptes ont, évidemment, été bouclés avant la guerre en Ukraine et les conséquences que celle-ci a entraînées.

Les finances publiques ont mieux terminé 2021 que 2020

Ainsi, en 2021, les administrations publiques belges ont terminé l’année moins mal qu’en 2020. Le solde de financement des administrations publiques s’élève à -5,5% du PIB en 2021, contre -9,0% en 2020. Cela reste, malgré tout, "un niveau inhabituellement élevé", selon le communiqué conjoint de l’Institut des comptes nationaux et de la Banque Nationale.

Si le déficit des finances publiques est moins important en 2021, c’est, explique l’Institut des comptes nationaux, en raison de "la reprise de l’activité économique et de la réduction des mesures budgétaires mises en place par les autorités publiques pour faire face à la crise du Covid-19". Ainsi, "les recettes ont bondi de près de 21 milliards d’euros suite à la forte croissance du PIB". En revanche, "les dépenses ont enflé d’un peu plus de 7 milliards d’euros", explique l’Institut des comptes nationaux.

Cependant, les dépenses liées aux mesures de lutte contre la pandémie sont passées de 17 milliards en 2021 à 11 milliards en 2020. On constate ainsi un recul des dépenses pour le chômage temporaire pour les salariés et pour le droit passerelle des indépendants, des subventions aux entreprises, par exemple. Par contre, les dépenses "sociales" restent inchangées, à 8,1% du PIB et concernent les dépenses de santé liées à la crise sanitaire, la reprise de l’activité dans les soins de santé et les aides accordées aux ménages pour faire face aux dépenses énergétiques.

La dette publique toujours au-delà des 100% du PIB mais en amélioration…

La dette publique a atteint 108,2% du PIB à la fin de 2021. C’est cependant une amélioration de 4,6 points par rapport à 2020. 2020 avait été plombée par la crise sanitaire.

En 2021, c’est essentiellement la croissance économique qui a permis de relever le PIB de la Belgique qui explique le recul de la dette publique.

Pour rappel, ces chiffres concernent l’année 2021. Depuis, la crise énergétique et la flambée des prix ainsi que la guerre en Ukraine ont changé la donne et ont nécessité de nouveaux efforts budgétaires de la part du gouvernement.

Sur le même sujet : JT du 12/10/2022

Sur le même sujet

Budget fédéral : la guerre en Ukraine, l’inflation, la crise énergétique et la pandémie plombent le budget

Politique

La guerre en Ukraine fait grimper les déficits budgétaires en Belgique

Economie

Articles recommandés pour vous