RTBFPasser au contenu

Le cours de philosophie et de citoyenneté étendu à tout le secondaire dès septembre

Le cours de philosophie et de citoyenneté étendu à tout le secondaire dès septembre
18 juil. 2017 à 17:49 - mise à jour 18 juil. 2017 à 17:493 min
Par RTBF avec Agences

Malgré l'appel d'une partie des enseignants concernés à reporter d'un an l'application de la réforme, la plénière du parlement de la Fédération a approuvé ce mardi soir l'extension du cours de philosophie et de citoyenneté (CPC) à tout l'enseignement secondaire officiel dès la rentrée de septembre prochain.

La majorité (en sursis) PS-cdH a en effet adopté un ultime décret fixant différents éléments d'opérationnalisation du nouveau cours qui remplacera dès septembre une des deux heures de morale ou religion dispensées jusqu'ici.

Quelque 140 000 élèves du secondaire sont concernés par l'extension du nouveau cursus. Les jeunes qui le souhaiteront pourront demander à être dispensés de l'heure résiduelle de morale ou religion au profit d'une seconde heure hebdomadaire de CPC.

Vu les grands problèmes organisationnels rencontrés l'an dernier lors de l'introduction du nouveau cours dans le primaire, nombre d'enseignants du secondaire redoutent de vivre ces mêmes difficultés, raison pour laquelle ils demandaient un report de la réforme.

"Cours de rien"

Mais en raison de la situation politique actuelle dans les entités francophones, et pour éviter le maintien de l'EPA (le "cours de rien") une année supplémentaire, PS et cdH ont toutefois décidé d'aller de l'avant, tout en reconnaissant à demi-mots s'attendre à des difficultés pratiques en septembre.

Pour y remédier, et sur proposition d'Ecolo, la ministre de l'Education, Marie-Martine Schyns (cdH), a accepté que la commission Education du Parlement puisse, dès la rentrée, analyser rapidement des aménagements.

"S'il y a des problèmes, je m'engage à chercher des pistes d'améliorations", a promis ce mardi Marie-Martine Schyns lors du débat.

Critiques sur les conditions de mise en oeuvre de la réforme, MR, Ecolo, DéFi et PTB se sont abstenus.

Le texte approuvé fixe notamment les conditions pour pouvoir donner le cours et l'ordre de dévolution des emplois, le gouvernement de la Fédération s'étant engagé à ce qu'aucun enseignant ne perde son emploi à cause de la réforme.

Vu les difficultés rencontrées dans le primaire, les incompatibilités de cours ont été assouplies dans le secondaire. Un même professeur ne pourra toutefois donner l'heure de cours de religion/ morale et celle de CPC à un même élève.

Les profs ne pourront toutefois être contraints de faire plus de 6 écoles différentes pour conserver un horaire complet. L'année dernière, certains enseignants de primaire avaient été obligés de donner cours dans 10 à 12, voire... 14 implantations, pour conserver un horaire complet.

20 heures sur la neutralité

Les professeurs de morale ou religions qui souhaitent donner le CPC devront suivre un module de 20 heures sur la neutralité. Ils ont aussi jusque 2021 pour obtenir, en horaire décalé, un certificat didactique à la philosophie et la citoyenneté de 30 crédits (180 heures).

Ces cours seront dispensés dès septembre 2017 soit par les universités, les Hautes écoles ou les établissements de promotion sociale.

Les enseignants pourront suivre ce module soit durant le temps scolaire - leur direction devra alors les libérer le vendredi après-midi pour suivre leur formation -, soit le mercredi après-midi ou le samedi.

Pour pouvoir préparer les travaux et épreuves liées à cette formation continuée, les enseignants concernés seront dispensés de deux périodes de cours hebdomadaires pendant quatre ans.

La plénière du parlement a également approuvé mardi soir les référentiels du nouveau cours de philosophie et citoyenneté.

L'enseignement catholique est lui aussi tenu de dispenser ces matières, non pas en créant un cours spécifique, mais au travers de différents cours existants au programme (histoire, français, religion catholique, ...).

Le Corme, un collectif qui dit représenter un demi-millier d'enseignants de morale et religion du secondaire, a déjà annoncé qu'il attaquerait le nouveau décret devant la Cour Constitutionnelle. Sa mise en oeuvre dans le primaire fait elle aussi l'objet de recours similaires, toujours pendants.

Articles recommandés pour vous