RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Le coronavirus s’invite dans notre déclaration fiscale : voici ce qui est neuf

05 mai 2021 à 07:15 - mise à jour 05 mai 2021 à 14:47Temps de lecture3 min
Par Africa Gordillo avec Belga

La déclaration fiscale que les contribuables recevront bientôt dans leur boîte aux lettres comprendra 20 nouveaux codes, tous liés au coronavirus. Une déclaration fiscale "sans grandes surprises mais avec des nouveautés", animée par la volonté de "soutenir les familles et les entreprises", selon le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, invité ce mercredi matin de Matin Première.

Le "bond vers le haut" du nombre de codes est temporaire, assure le ministre ce mercredi après-midi. "Il est le résultat de mesures temporaires et ciblées prises par le gouvernement fédéral pour aider nos familles et les entreprises saines à traverser la crise. Nous compensons cette complexité supplémentaire en nous appuyant une fois de plus sur l'assistance téléphonique, mon objectif restant bien sûr de simplifier à terme la déclaration d'impôt dans le cadre de la grande réforme fiscale".

Ces nouveaux codes concernent des réductions pour nouvelles actions ou parts d'entreprises dont le chiffre d'affaires a fortement baissé, des exonérations pour heures supplémentaires volontaires, des reprises de l'exonération pour pertes professionnelles futures, ainsi que des majorations pour insuffisance de versements anticipés.

Le ministre des Finances a également annoncé à nos micros des réductions d’impôts plus importantes pour certains coûts comme les frais de garde d’enfant ou les dons effectués en 2020, avec une réduction d’impôts de 60% au lieu de 45%.

En effet, il est désormais possible de déduire, par jour de garde d'enfant, un montant maximum de 13€ au lieu de 11,20€. La limite d'âge a été relevée de 12 à 14 ans, et de 18 à 21 ans pour les enfants handicapés. L'indexation de certaines dépenses fiscales, à l'exception de l'épargne-pension, a été gelée pour les années de revenus 2020 à 2023. Les montants resteront au niveau de 2019 et l'indexation reprendra en 2024.

Chômage temporaire et droit passerelle

De nombreux employeurs ont opté pour le chômage temporaire simplifié pendant les vagues successives de Covid-19 et de confinement, autrement dit les salariés ont reçu une allocation de chômage sur laquelle une partie seulement du précompte professionnel a été prélevée. Tout l’impôt n’a pas été payé. Pour Vincent Van Peteghem, "le précompte professionnel a été réduit de 26% à 15% avec l’objectif d’accroître le pouvoir d’achat des salariés. Un an plus tard, après le calcul de l’impôt, si le contribuable n’a pas payé assez de précompte professionnel, il devra payer l’extra à la fin (le complément, ndlr) mais personne ne doit payer un cent en plus de l’impôt qui est dû."

Quant aux indépendants, ils devront également intégrer les prestations financières perçues dans le cadre du droit passerelle. Il s'agit des prestations perçues pendant les périodes où ils ont été contraints d'interrompre totalement ou partiellement leur activité d'indépendant à cause de la pandémie. 

Frais réels ou forfait ?

Les salariés ont automatiquement droit au forfait légal pour leurs frais de déplacements personnels (usage de la voiture domicile-lieu de travail, abonnement aux transports en commun pour les déplacements vers le lieu de travail, aménagement d'un espace pour travailler dans le logement privé, achat de matériel et de littérature). Ce forfait est calculé par l'administration des finances en fonction des revenus imposables et est automatiquement déduit lors du calcul de l'impôt. Mais ils ont aussi la possibilité de choisir les "frais réels", s'ils sont plus élevés que le forfait légal, en les justifiant. 

Le forfait réel aura-t-il la cote avec la hausse du télétravail en pandémie ? "C'est possible", déclare le ministre des finances. Chacun devra évaluer sa situation personnelle. Des outils de calcul de l'impôt sont disponibles, notamment TAX-CALC, sur le site du SPF Finances.

 

Moins de risques de se tromper

Afin de réduire les erreurs dans la proposition de déclaration simplifiée (PDS), le pré-remplissage de certains codes a été amélioré. Les critères pour recevoir une déclaration simplifiée ont en outre été durcis: 3,75 millions de contribuables en recevront une cette année, soit 170.000 de moins qu'en 2020.

Comme l'an dernier, le SPF Finances propose une aide téléphonique. Les collaborateurs de l'administration téléphonent de manière proactive depuis début avril aux personnes qu'ils ont déjà aidées et dont le numéro est connu. Les contribuables pourront appeler d'eux-mêmes à partir de mi-mai.

Les déclarations et propositions de déclaration simplifiée sont disponibles dès mercredi sur Tax-on-web. Les formulaires papiers arriveront par courrier dans le courant du mois de mai. Les personnes qui choisissent cette option devront renvoyer leur déclaration pour le 30 juin, tandis que ceux qui privilégient Tax-on-web pourront le faire jusqu'au 15 juillet. La déclaration via mandataire peut se faire jusqu'au 21 octobre.

Sur le même sujet

3500 comptables signent une pétition dans laquelle ils réclament des outils informatiques fiables

Vous renvoyez encore une déclaration d’impôts en version "papier"? Le dernier délai, c’est ce 30 juin

Belgique

Articles recommandés pour vous