Athlétisme

Le coronavirus casse le rêve des crossmen Franky Hernould et Thaddée Adam

Le coronavirus casse le rêve des crossmen Franky Hernould et Thadée Adam

© RTBF

06 mars 2020 à 17:10 - mise à jour 06 mars 2020 à 17:10Temps de lecture5 min
Par Samuël Grulois

L’épidémie de coronavirus continue de chambouler l’agenda sportif. En Asie et en Italie surtout. Mais ailleurs aussi désormais, notamment en France où le gouvernement a annoncé l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné. On pense donc principalement aux activités prévues à l’intérieur. Mais des évènements se déroulant en extérieur sont également concernés. 

La ministre des Sports Roxana Maracineanu, le préfet du Tarn-et-Garonne et la Fédération française d’athlétisme ont décidé d’annuler les Championnats de France de cross-country ce dimanche, à Montauban. Une compétition très relevée à laquelle devaient participer deux sportifs amateurs tournaisiens, affiliés dans des clubs français : Thaddée Adam (affilié à Cateau, dans le Nord) et Franky Hernould (affilié à Bastia, en Corse). Franky Hernould est un ancien vainqueur du classement final de la Cross Cup. En 2015, il avait décroché le titre sur le cross court. Face au coronavirus et ses conséquences, ce policier de profession ne peut se montrer que fataliste. Samuël Grulois l’a rencontré.

Franky, comment avez-vous appris la nouvelle de l’annulation des Championnats de France ce cross ?

" Je l’ai appris via les médias, via Facebook. J’ai essayé de suivre l’actualité de la région de Montauban. Au départ, on nous a dit que c’était le préfet qui déciderait si oui ou non les championnats auraient lieu. Et puis, j’ai vu à la télévision l’intervention de la ministre française des Sports… là, j’ai compris que c’était fini quand elle a évoqué l’annulation de tous les rassemblements de plus de 5000 personnes, dont les championnats de cross. "

Je pense qu’ils veulent éviter les regroupements de supporters au niveau des zones de départ et d’arrivée. Ils ont peut-être aussi des craintes au niveau des boxes dans lesquels les coureurs sont confinés avant de courir et où ils risquent de se toucher. De toute façon, après l’annulation du semi-marathon de Paris dimanche dernier, j’avais compris que ça ne sentait pas bon pour les Championnats de France…

Des championnats qui devaient pourtant se dérouler en extérieur, et non dans une salle de concert ou un hall d’exposition…

" Je pense qu’ils veulent notamment éviter tous les regroupements de supporters au niveau des zones de départ et d’arrivée. Ils ont peut-être aussi des craintes au niveau des boxes dans lesquels les coureurs sont confinés avant de courir et où ils risquent de se toucher. De toute façon, après l’annulation du semi-marathon de Paris dimanche dernier, j’avais compris que ça ne sentait pas bon pour les Championnats de France… Mais ce qui est aberrant, c’est qu’on a joué normalement en Ligue 1 de foot le week-end passé. C’est un peu dommage que l’athlétisme, qui n’est déjà pas un sport très médiatisé, soit victime de ce virus… Pour la ministre, il n’y a apparemment pas d’impact évènementiel et sportif. Et pourtant, pensez à tous les bénévoles qui ont travaillé sur ces championnats, qui ont préparé le circuit depuis deux ou trois semaines, voire plus. Pour eux, il y a un impact. Et au niveau sportif aussi. Personnellement, cette compétition était un objectif car je voulais représenter mon club et la Corse. En plus, je savais que participer à un championnat d’un tel niveau était idéal pour préparer la suite de ma saison. J’ai tout donné pour me qualifier et c’est donc forcément une déception d’apprendre que c’est annulé. "

Vous étiez prêt, au top, pour performer là-bas ?

" Oui, j’étais prêt ! J’avais commencé ma préparation en octobre-novembre. Étape par étape, je commençais tout doucement à me sentir mieux. J’avais notamment participé au cross de mon club, à Furiani, en Corse, ce qui m’avait permis de voir où j’en étais début janvier. Deux semaines plus tard, j’ai pris part aux Championnats de Corse où j’ai passé une étape supplémentaire mais où j’ai compris aussi que je devais encore un peu travailler. Et puis, il y a quinze jours à Opio, près de Nice, j’ai vraiment été rassuré sur mon niveau. J’étais bien sur 2500 mètres, voire 3000, avec le top-5 français de la région. Je savais que j’étais sur la bonne voie à deux semaines de l’évènement et que je serais prêt pour les 4000 mètres. Mais voilà, c’est comme ça ! Je ne suis certainement pas le seul athlète déçu dans l’histoire. Il y a notamment ceux qui visaient le podium et le titre qui sont sans doute plus déçus que moi encore. C’est une déception, ça va passer, j’ai d’autres objectifs pour le reste de la saison. Il n’y a donc pas de souci. "

Comment recaser ces Championnats de France dans un calendrier surchargé, au cœur d’une année olympique ? Et puis, le cross est une discipline d’hiver… et dans vingt jours c’est le printemps !

C’est annulé ou reporté ?

" Pour le moment, on joue sur les mots ! A la base, on nous a dit que c’était reporté. Mais… reporté quand ? On ne sait pas. Tout dépend d’abord de la durée de l’épidémie de coronavirus. On ne peut pas anticiper jusque quand les compétitions seront suspendues. Le calendrier est déjà tellement chargé que je ne vois pas comment on pourrait recaser ces Championnats de France en 2020 ! Pour le reste de la saison, tout est déjà calculé depuis un an. Par rapport à la préparation des athlètes, ce sera très difficile de trouver une nouvelle date dans leurs agendas surchargés. En plus, nous sommes dans une année olympique, ce qui rend la situation encore plus compliquée. Comment remettre des Championnats de France dans un tel calendrier ? Et puis, le cross est une discipline d’hiver… et dans vingt jours c’est le printemps ! Franchement, je ne sais pas. "

Vous avez vos billets d’avion, votre réservation d’hôtel… vous avez donc décidé de malgré tout vous rendre sur place ce week-end !

" Avec mon ami Rémy Mulliez, on part samedi pour Toulouse et on revient lundi. Ce sera un week-end d’entraînement et de… tourisme. Au niveau des billets d’avion, on n’a pas le choix, on ne peut pas modifier la destination. Le logement et la location de la voiture sont déjà payés. Et donc, sauf en cas de restrictions ce week-end au niveau de aéroports, ou si le vol devait être annulé, on fera le voyage. On ira voir le circuit en arrivant sur place et on ira même s’entraîner dessus. Et le dimanche, à défaut de course, ce sera jour de relâche ! N’empêche que tout cela a aussi des conséquences au niveau financier. On a dû payer l’hôtel, le vol, la voiture. J’ai dû prendre congé au boulot (NDLR : il est inspecteur de police donc susceptible de travailler les week-ends). Oui, c’est de l’argent perdu. Les autorités ne se rendent pas compte que tout cela a un coût pour nous, petits athlètes qui voyageons. "

Un deuxième Tournaisien, Thaddée Adam (15ème des Championnats de Belgique dimanche dernier à Bruxelles), devait participer à ces Championnats de France. Avez-vous eu un contact avec lui concernant cette annulation ?

" Oui, on s’envoie régulièrement des messages. Il est aussi forcément très déçu. Il avait posté une photo de lui en train de faire une grosse séance de piste. Je l’ai alors un peu taquiné en lui disant que ça ne servait à rien puisque les championnats étaient annulés… et qu’il devait un peu lever le pied. Plus sérieusement, j’avais prévu de l’encourager sur le cross long et lui allait en faire de même pour moi sur le cross court. Cela aurait été énorme d’avoir deux Tournaisiens au départ des Championnats de France… mais ce n’est que partie remise pour l’année prochaine. "

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous