RTBFPasser au contenu

Monde Europe

Le Conseil de l'Europe s'inquiète de la situation humanitaire dans l'est de l'Ukraine

Le Conseil de l'Europe s'inquiète de la situation humanitaire dans l'est de l'Ukraine
03 nov. 2015 à 17:07 - mise à jour 03 nov. 2015 à 17:072 min
Par Belga

Des millions de civils dans l'est de l'Ukraine manquent de nourriture et d'eau potable, ne peuvent toucher leurs prestations sociales ou voient leur vie quotidienne compliquée par l'impossibilité de se faire établir des papiers d'identité, dénonce le Conseil de l'Europe dans un rapport publié mardi.

Cinq millions de personnes "ont besoin d'assistance" à cause du conflit dans l'est, dont deux millions, qui vivent "dans les zones adjacentes à la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes armés, y compris dans la zone tampon", sont "les plus vulnérable", affirme Nils Muiznieks, le commissaire aux droits de l'Homme de l'organisation paneuropéenne, qui s'est rendu sur place au début de l'été.

Selon M. Muiznieks, les habitants des zones contrôlées par les séparatistes "ne perçoivent plus de prestations sociales", notamment les retraites, et "doivent faire face à l'insécurité alimentaire (et) à l'augmentation du prix des articles de première nécessité".

Les autorités de Kiev doivent créer des "couloirs humanitaires spéciaux", faire en sorte que ces personnes puissent "traverser librement la ligne de contact", et se montrer "pragmatiques" en débloquant le versement des prestations sociales aux civils vivant de facto sous l'autorité des rebelles, plaide le commissaire aux droits de l'Homme.

Les séparatistes, de leur côté, doivent "lever les obstacles entravant l'accès de l'aide humanitaire et créer les conditions permettant aux organisations humanitaires internationales de travailler", souligne-t-il.

M. Muiznieks se dit également préoccupé par la situation des enfants et des adolescents habitant dans les zones contrôlées par les rebelles : il leur est difficile d'"obtenir des certificats de naissance, des passeports, des diplômes et d'autres documents", et de ce fait ils "risquent de devenir apatrides", déplore le responsable européen, qui appelle Kiev à simplifier les procédures administratives les concernant.

Depuis avril 2014, le conflit dans l'est de l'Ukraine a fait plus de 8000 morts et contraint 1,5 million de personnes à être déplacées à l'intérieur de ce pays. Celles-ci "manquent notamment de solutions de logement durables et de moyens de subvenir à leurs besoins", souligne par ailleurs M. Muiznieks.

Articles recommandés pour vous