Chroniques

Le Codeco du "débrouillez-vous"

Philippe Walkowiak

© RTBF

 

La situation est grave. La preuve ? Un Codeco a été convoqué dans l’urgence !

Certes, des Comités de Concertation se tiennent régulièrement, en toute discrétion, sans battage médiatique mais cette fois, le Premier ministre, qui a convoqué cette réunion, tenait à faire savoir que les pouvoirs publics prenaient conscience de la gravité de la situation énergétique. C’est d’ailleurs tout ce qui est à retenir de cette réunion de peu de résultats tangibles.

Rien de nouveau depuis le printemps

En mars dernier, le gouvernement fédéral adoptait déjà un train de mesures visant à atténuer la hausse des prix. Ce train circule toujours. Sans plus.

Le Premier ministre figure pourtant parmi les premiers responsables politiques en Europe à avoir tiré le signal d’alarme sur cette crise énergétique qui risque de submerger le continent. Mais seul, il pèse peu. En Belgique, comme en Europe.

Le dernier Comité de Concertation consacre finalement l’impuissance de l’action publique. Le fédéral donne l’impression d’avoir contraint les gouvernements communautaires ou régionaux à faire cause commune, alors qu’ils disposent de très peu de leviers. Le Premier ministre a d’ailleurs admis in fine, qu’il ne pouvait rien faire de plus, à son niveau. A chacun de se débrouiller.

Pourtant, ailleurs en Europe, des gouvernements ont déjà pris des dispositions. Des prix ont été bloqués, des multinationales contraintes à contribution. Ici, les pouvoirs publics se contenteront de baisser le thermostat et ne pas oublier d’éteindre avant de quitter la pièce !

Expertise

Qui dit Codeco, dit experts ! Ici, ils n’apparaissent plus alors que pourtant une énième task force avait été bel et bien constituée, autour de la Banque Nationale, pas vraiment un repaire d’irresponsables.

Ces experts ont même formulé des recommandations au début de l’été : moins de TVA, plus d’accises, cliquet inversé, réforme de la formation des prix de l’énergie, limitation de vitesses sur autoroute, réduction des voitures de société, etc. Une batterie de mesures flinguées immédiatement, MR bille en tête, accroché à ce modèle de croissance infinie sur lequel la plupart des libéraux européens reviennent. Comme pour le Covid, il fallait visiblement décrédibiliser l’expertise. Mais surtout, plus profondément, des modèles de société future s’affrontent.

Au-delà de la controverse, ces sempiternelles querelles risquent de finir par décrédibiliser également l’action politique, voire comme ici, la freiner, la bloquer.

Depuis le début de cette crise, un parti comme le PTB capitalise sur les craintes de cette population qui dans quelques semaines, quelques mois constatera qu’elle ne peut payer ses factures. L’actuelle indécision des partis de pouvoir, risque de se faire sentir ensuite dans les urnes. Il sera alors trop tard pour le déplorer.

 

@PhWalkowiak

 

Sur le même sujet

Crise de l’énergie : l’impuissance politique

Chroniques

CPAS : la ministre Lalieux lance un appel aux assistants sociaux, "il y a une pénurie"

Belgique

Articles recommandés pour vous