RTBFPasser au contenu

L'info culturelle

Le cinéma belge francophone au Festival de Cannes : Dalva d’Emmanuelle Nicot

Dalva

Le cinéma belge francophone est bien représenté au Festival de Cannes (17-28 mai) avec sur neuf productions, deux films majoritaires, produits en Fédération Wallonie-Bruxelles et réalisés par des cinéastes de la fédération : Tori et Lokita de Luc et Jean-Pierre Dardenne, en compétition officielle, et Dalva, un premier long métrage d’Emmanuelle Nicot, sélectionné à la "Semaine de la Critique".

Emmanuelle Nicot

Née en 1985, la réalisatrice diplômée de l’IAD en 2012 explore dans ses films le thème de l’emprise. Elle a réalisé préalablement deux courts métrages. RAE (2012), son film de fin d’études, sélectionné dans une quarantaine de festivals, remporte quinze prix. Il aborde la manipulation mentale et la dépendance affective au sein d’une relation homme-femme. A l’Arraché (2016) traite de l’emprise au sein d’une relation amicale entre deux jeunes filles. Le long métrage, Dalva , sonde le thème en approchant la relation familiale entre un père et sa fille.

Dalva

Dalva est une jeune fille de douze ans qui vit seule avec son père depuis de nombreuses années. Elle subit une histoire d’inceste en imaginant que c’est une histoire d’amour. Suite à un signalement du voisinage, le père est arrêté. Dalva, placée dans un foyer, mesure le décalage avec les enfants de son âge. Elle qui vivait comme une femme découvre l’anormalité de sa situation et entame sa reconstruction.

La comédienne française Zelda Samson campe le personnage principal.

Emmanuelle Nicot au micro de Pascal Goffaux

Festival de Cannes, Dalva, d’Emmanuelle Nicot

L'emprise au coeur d'une relation père-fille.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

15 mai 2022 à 12:00
3 min

Articles recommandés pour vous