RTBFPasser au contenu

Medias

Le chroniqueur Eric Zemmour jugé pour discrimination raciale

Le chroniqueur Eric Zemmour jugé pour discrimination raciale
12 janv. 2011 à 16:401 min
Par RTBF

"La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait", c'est avec ces propos tenus le 6 mars sur le plateau de l'émission de Thierry Ardisson "Salut les terriens" que le journaliste Eric Zemmour a été cité en justice pour diffamation et provocation à la haine raciale par cinq associations antiracistes (SOS Racisme, MRAP, Licra, J'accuse, Union des étudiants juifs de France).

Devant le tribunal correctionnel de Paris, Eric Zemmour s'est défendu d'être "un provocateur". "Quand on décrit la réalité, on est criminalisé", a regretté le journaliste.

"Je ne provoque pas et je suis pour la liberté d'expression", a déclaré le polémiste qui considère que les associations anti-racistes ne font que "criminalise(r) une parole qui ne veut pas se coucher devant le politiquement correct".

Jean-Pierre Chevènement et Jean-Marie Le Pen en soutien

Le chroniqueur à succès à la radio, à la télévision et dans le quotidien Le Figaro a été ouvertement soutenu par l'ancien ministre français de l'Interieur Jean-Pierre Chevènement qui dans une lettre adressée le 3 janvier à la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Ce courrier fait état que "sans doute M. Zemmour a-t-il, dans le feu de la discussion, utilisé une formulation excessivement brutale mais il n'a hélas, pas dit une chose matériellement inexacte. Il suffit, comme j'ai eu l'occasion de le faire, de consulter les listings de la Direction centrale de la Sécurité publique du ministère de l'Intérieur, pour constater que plus de 50% des infractions constatées sont imputables à des jeunes dont le patronyme est de consonance africaine ou maghrébine". Précisons que les statistiques ethniques sont interdites en France.

Ce mercredi matin sur les ondes de France inter, c'est Jean-Marie Le Pen qui volait au secours d'Eric Zemmour : "Je soutiens tous les gens qui sont poursuivis pour la liberté de leur parole", a déclaré le président du Front National ajoutant que "Zemmour est poursuivi par les chiens de garde de la pensée unique".

Le procès doit s'achever vendredi. La décision sera alors mise en délibéré pour plusieurs semaines.

MD

Articles recommandés pour vous