Economie

"Le chômage va repartir à la hausse dès 2023" explique l’économiste Philippe Defeyt

© Tous droits réservés

Le chômage va repartir à la hausse. Pas de doute pour l’économiste Philippe Defeyt. Après des mois de tendance à la baisse et un nombre records d’offres d’emploi, on s’attend à une augmentation des demandeurs d’emploi en 2023. L’économiste pour l’institut du développement durable décode cette tendance sur le plateau de QR l’actu.

Hausse du chômage

Cela fait des années que le chômage est à la baisse mais la tendance va s’inverser dès 2023 explique Philippe Defeyt : "La période de baisse du chômage est derrière nous. Le chômage va remonter dans toutes les régions du pays et probablement plus vite en Wallonie qu’en Flandre".

Différence trop faible entre chômage et emploi

Parmi les facteurs qui expliquent un chômage relativement important chez nous, beaucoup pointe les pièges à l’emploi, en d’autres termes un emploi qui n’est pas suffisamment avantageux au regard du chômage et de ses "avantages" annexes. Philippe Defeyt précise qu’il est possible d’imposer à un chômeur un emploi qui est moins bien payé que le chômage. "Le problème qui se fait jour bien souvent, c’est que les employeurs proposent des jobs moins bien payés voire des emplois à temps partiel".

L’économiste de l’Institut du développement durable rappelle par ailleurs que le salaire minimum a été considérablement revalorisé. Il est aujourd’hui à quasiment 1900 euros bruts par mois. "Ce salaire minimum a été fortement augmenté. Ce n’est certes pas suffisant mais je pense qu’il vaut mieux travailler sur le net en donnant des crédits d’impôts ou encore en modifiant la fiscalité pour les bas salaires plutôt que d’augmenter les salaires bruts. Les étapes d’indexation que nous connaissons commencent à peser lourdement dans certains secteurs d’activité".

Limiter le chômage dans le temps ?

Philippe Defeyt se dit assez peu convaincu par la formule qui viserait à limiter le chômage dans le temps. "Si on cherche à punir des chômeurs en pensant que ce sont tous des fraudeurs, alors oui on peut mettre en place ce système mais si on pense plutôt de manière positive en estimant qu’il y a des besoins dans notre société qui ne sont pas satisfaits en matière agricole, environnementale ou encore sociale, alors utilisons l’argent des allocations de chômage pour créer des emplois et proposons à ces travailleurs de véritables emplois". Quant à l’idée de donner quelques heures de travaux d’intérêt général aux chômeurs avec un tout petit complément salarial, Philippe Defeyt estime que ça pourrait mettre à mal des emplois existants.

Salaire minimum avec avantages ?

Pour contrer les pièges à l’emploi, pourquoi ne pas dès lors accorder les avantages annexes du chômage aux emplois peu payés ? On va sans doute aller vers cette tendance-là à entendre le ministre des Finances, explique Philippe Defeyt mais attention aux effets pervers : "Il risque d’y avoir des tensions entre travailleurs parce que l’un sort du chômage et a droit aux avantages et l’autre n’aura droit à aucuns avantages. Il ne faudrait pas pousser certains à passer par la case chômage pour bénéficier d’avantages".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous