RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Le cheval de trait a un passé mais aussi un avenir, à la Foire de Libramont on en est convaincu

Cheval de trait ardennais (equus caballus).
31 juil. 2022 à 10:40 - mise à jour 31 juil. 2022 à 15:23Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Sandro Faes Parisi

Que ce soit le cheval de trait ardennais, d’ailleurs à l’origine de la création de la Foire agricole de Libramont en 1926, le cheval de trait belge/brabançon ou d’autres races et croisements, le cheval de travail a un avenir et s’inscrit pleinement dans la préoccupation d’une production plus durable et circulaire.

D’aucuns partagent cette conviction, dans les travées de la Foire de Libramont, et notamment Martial Wuyts, président du Comité européen du cheval de travail (CECT). "Dans beaucoup d’esprits, le cheval de trait est assimilé au passé, à ce qui est vieux. C’est un amalgame contre lequel nous luttons. Le cheval de trait représente une solution alternative à la mécanisation à outrance".

Complémentarité entre la machine et le cheval

Le cheval de trait est régulièrement utilisé en forêt, pour le débardage. Il est également très présent dans les vignes de Champagne-Ardennes et certains domaines viticoles en Wallonie y recourent aussi. Dans le maraîchage sur petite surface, d’une poignée d’hectares maximum, le cheval de trait est de plus en plus présent. A chaque fois, c’est sa maniabilité, sa précision et sa capacité à ne pas tasser les sols qui sont recherchés. "La compaction des sols par les machines les plus lourdes conduit à un appauvrissement de ceux-ci. Le cheval, lui, apporte ce qu’aucune machine aujourd’hui ne peut faire : une force d’extraction tout en préservant les sols", affirme Martial Wuyts.

L’idée n’est pas de remplacer toutes les machines ou de revenir un siècle en arrière mais de tirer profit d’une certaine complémentarité entre la machine et le cheval, souligne-t-on encore.

Ramassage et transport de déchets

Le cheval de trait est également utilisé dans certaines communes, comme l’illustre l’exemple bien connu de Schaerbeek, et à la Foire agricole de Libramont, qui draine quelque 200.000 visiteurs en quatre jours, des chevaux sont utilisés, tous les soirs, pour le ramassage et transport de déchets.

Les chevaux de trait sont aussi très prisés pour l’attelage, principalement dans le cadre de loisirs. Mais certains éleveurs wallons en ont fait une activité professionnelle, dans une logique d’écotourisme, à l’instar du "Chariot à fondue", un restaurant hippomobile basé dans la commune de Daverdisse (province de Luxembourg)…

L’utilisation du cheval de trait reste néanmoins cantonnée à certaines niches et il est difficile de mesurer avec précision l’ampleur de son utilisation. Le CECT souhaite d’ailleurs qu’un état des lieux soit fait en Wallonie pour disposer de chiffres précis et y voir plus clair sur la situation actuelle du cheval de travail.

Le reportage consacré en 2018 à Antoine, débardeur et amoureux des chevaux de trait, par Shootlux :

Loading...

Sur le même sujet

Foire de Libramont : la flèche d'un camion-grue s'effondre, sans faire de blessé

Regions Luxembourg

Surexposition au burn-out, astreinte animale : les vétérinaires tirent la sonnette d'alarme à la Foire de Libramont

Belgique

Articles recommandés pour vous