Journal du classique

Le chef d’orchestre Gianluigi Gelmetti est décédé

© Fairfax Media / Getty Images

12 août 2021 à 12:27Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

Grande figure de la scène musicale internationale, le chef d’orchestre italien Gianluigi Gelmetti est décédé à Monaco à l’âge de 75 ans, a annoncé ce mercredi 11 août l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, dont il était le chef honoraire depuis 2016.

Né le 11 septembre 1945 à Rome, Gianluigi Gelmetti se découvre très tôt une passion et une vocation pour la musique classique. Il dirige son premier concert alors qu’il n’a que 16 ans. C’est le chef d’orchestre roumain Sergiu Celibidache qui, décelant un talent brut chez le jeune homme, le laisse diriger un orchestre, avant de le prendre comme élève. Il poursuivra ensuite ses études de direction d’orchestre auprès de Franco Ferrara et d’Hans Swarowski.

Lauréat à 21 ans du Prix Firenze en 1967, il entame une carrière internationale qui le mènera à diriger, en tant que chef invité, les plus grandes et les plus prestigieuses formations au monde, telles que les orchestres philharmoniques de Berlin et de Vienne ou encore l’orchestre de l’Opéra de Paris. Il sera également l’invité de la Scala de Milan ou la Royal Opera House de Londres.

Tout au long de sa carrière, il a également été à la tête de la direction musicale de nombreux orchestres : il fut notamment chef titulaire de l’orchestre de la radio de Stuttgart en Allemagne pendant près de dix ans, puis directeur musical de l’Opéra de Rome de 2000 à 2009 et chef principal de l’Orchestre symphonique de Sydney de 2004 à 2009 et enfin de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo (2012-2016). Il occupait d’ailleurs encore le titre de chef honoraire du Philharmonique de Monte-Carlo.

Loading...

Le répertoire de Gianluigi Gelmetti était très riche et il laisse derrière lui une vaste discographie, pour EMI surtout mais aussi d’autres labels, témoignant d’une immense richesse de répertoire. Amoureux de Rossini, il s’était notamment illustré en 1995 dans une représentation de Guillaume Tell, donné pour la première fois dans sa version originale intégrale, représentation qui lui avait valu un Rossini d’or.

En 2018, il était le chef invité de l’Opéra Royal de Wallonie, où il avait dirigé l’un des chefs-d’œuvre de Puccini, Tosca.

Le nom de Gianluigi Gelmetti restera également associé au Rossini Opera Festival, à Pesaro, compositeur qu’il servit avec ferveur tout au long de sa carrière. Il y a dirigé de nombreux opéras du compositeur italien, tels que Tancredi, La Gazza Ladra, Otello ou encore Maometto II. Lorsqu’il était à la tête de l’Opéra de Rome, il a travaillé à la redécouverte d’œuvres oubliées telles que Marie Victoire et La Fiamma de Respighi, La leggenda di Sakùntala d’Alfano, ou encore l’Iris de Mascagni.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous