"Le chantier des gosses", un film sur les Marolles des années 50

"Le chantier des gosses", un film sur les Marolles des années 50
09 janv. 2014 à 13:39 - mise à jour 09 janv. 2014 à 14:27Temps de lecture1 min
Par Céline Biourge

"Il s’agit sans doute du premier long métrage belge inspiré par le néo-réalisme", peut-on lire sur le site de ce petit cinéma d'art et essai bruxellois.

On y apprend aussi que Jean Harlez est un autodidacte qui a évolué en dehors des sentiers battus. "Chantier des gosses" est son premier long métrage, le fruit de deux années d'observations dans le quartier des Marolles où il s'est rapidement attiré la sympathie des habitants et où les enfants sont devenus acteurs.

L'histoire est celle d'enfants qui se voient expulsés d'un terrain vague par des entrepreneurs et architectes résolus à le transformer en un grand lotissement. Mais ils ne sont pas prêts à laisser partir aussi facilement leur terrain de jeux favori. Ils décident de mener une guerre sans merci à ceux qui veulent les chasser.

"Le chantier des gosses" (extrait #1)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le film, terminé juste avant l'exposition universelle de 1958, a dû attendre 15 ans avant d'obtenir les moyens financiers pour être sonorisé. Il a donc fallu attendre 1970 pour qu'il sorte en salle mais il passera inaperçu, faut d'aides suffisantes.

En 2008, le cinéma Nova l'a ressorti de ses cartons le temps d'une séance unique. Aujourd'hui, il le remet à l'honneur pour les sept semaines à venir, une nouvelle copie de 35mm. L'occasion de découvrir une petite perle du cinéma belge, sans doute injustement oubliée.

C. Biourge

"Le chantier des gosses" (extrait #6)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Le chantier des gosses" (extrait #8)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La 4ème cérémonie des "Magritte du cinéma" a débuté samedi soir

Le Belge francophone boude-t-il son cinéma?

Articles recommandés pour vous