RTBFPasser au contenu

Santé & Bien-être

Les comportements antisociaux seraient liés à la structure du cerveau

Les comportements antisociaux seraient liés à la structure du cerveau
07 févr. 2021 à 08:001 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Les personnes qui éprouvent des difficultés à se plier aux normes sociales et qui adoptent des attitudes susceptibles de nuire à autrui n'ont pas la même structure cérébrale que les autres, suggérait une étude en 2020.

Voler, harceler, se battre, mentir... Ces comportements sont fréquents à l'adolescence. Mais certaines personnes continuent de manifester ces "comportements antisociaux" une fois adultes. Une recherche avance que ces individus présenteraient une structure cérébrale différente, qui pourrait se manifester dès l'enfance.

Une pulsion inscrite dans le cerveau ?

Des chercheurs ont sondé 672 personnes de l'âge de 7 ans à 26 ans et les ont soumises à des IRM cérébraux. Les participants ont ensuite été divisés en trois groupes distincts : 441 d'entre eux étaient peu enclins à adopter un comportement antisocial, 55 ont présenté des "écarts de conduite" au cours de leur adolescence et 80 ont manifesté un comportement antisocial à long terme (de l'enfance à l'âge adulte).

Les examens IRM ont révélé que le cortex cérébral (matière grise) était plus petit et moins épais chez les participants du troisième groupe, en particulier dans les régions liées à la régulation des émotions, à la motivation et au contrôle du comportement.

Les auteurs des travaux suggèrent que ces différences cérébrales pourraient être corrélées à un comportement antisocial persistant.

"Nos conclusions soutiennent l'idée que pour la petite proportion d'individus ayant un comportement antisocial tout au long de leur vie, il peut y avoir des différences dans la structure de leur cerveau qui rendent difficile le développement de compétences sociales nécessaires pour les empêcher de se comporter comme tel" , expliquent les auteurs de l'étude.

Des recherches sur une plus large échelle restent néanmoins nécessaires, concluent les chercheurs.

Articles recommandés pour vous