Belgique

Le centre d'accueil de transit Ariane accueille à nouveau des réfugiés ukrainiens

Photo d'illustration

© © Tous droits réservés

Le centre d'accueil de transit fédéral Ariane, situé à Woluwe-Saint-Lambert, accueille à nouveau des réfugiés ukrainiens. Les personnes vulnérables sont prioritaires, confirme le cabinet de la secrétaire d'État à l'Asile et la migration Nicole de Moor (CD&V) jeudi.

Les personnes qui fuient l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe et qui arrivent en Belgique doivent s'enregistrer auprès de l'Office des étrangers en se rendant au centre Ariane. Ceux qui ont besoin d'un hébergement sont ensuite confiés aux Régions. En attendant d'être pris en charge, ils pouvaient rester dans ce centre d'accueil de transit pendant quelques jours. 

Mais le centre Ariane a touché à ses limites de capacité. Des interprétations divergentes de cette situation sont apparues entre les Régions et le fédéral.

D'un côté, le ministre flamand du Logement Matthias Diependaele (N-VA), a pointé jeudi au Parlement flamand la "pression accrue de la crise régulière de l'asile" et un gouvernement fédéral qui "n'a pas fourni l'accueil de crise convenu depuis octobre". La veille, le ministre wallon du Logement Christophe Collignon (PS) avait estimé que "le problème, ce n'est pas la Wallonie qui ne ferait pas sa part; c'est une crise de l'accueil qui n'a pas été anticipée et qui est mal gérée par le Fédéral". Le sud du pays avait également été pointé du doigt par la Flandre pour ne pas respecter ses engagements.

D'autre part, Fedasil, l'agence fédérale en charge l'accueil des demandeurs d'asile, avait été informée que l'afflux était principalement dû au fait qu'il était plus difficile de trouver des places dans les villes et communes des différentes Régions.

"Empêcher les gens de dormir dans la rue"

Selon le cabinet de la secrétaire d'État fédérale Nicole de Moor, la capacité du centre Ariane devrait être suffisante pour accueillir tous les réfugiés ukrainiens pendant cinq jours. "Mais le transfert vers l'accueil en région au bout de cinq jours n'aboutit souvent pas", ajoute-t-il. "C'est précisément à cause de cela que l'abri d'urgence s'est un temps saturé", pointe le cabinet. Toutefois, les Ukrainiens ont été à nouveau admis depuis la semaine dernière. Les personnes vulnérables sont prioritaires.

Selon le ministre Diependaele, ce "redémarrage" de l'accueil fédéral intervient à la suite de l'insistance de la Flandre et plus précisément après une concertation entre le ministre-président flamand Jan Jambon et le Premier ministre Alexander De Croo. M. Diependaele considère le redémarrage de l'accueil comme une bonne chose. "Il faut empêcher les gens de dormir dans la rue", déclare-t-il.

Selon Matthias Diependaele, la Flandre continuera à remplir ses engagements et assurera 60% de l'accueil des réfugiés ukrainiens tel que convenu avec les autres Régions. Par exemple, les centres d'urgence d'Anvers et de Malines seront agrandis et un troisième centre d'urgence sera établi à Gand. En début de semaine, le ministre flamand des Affaires intérieures Bart Somers (Open Vld) avait déclaré que des possibilités d'accueil supplémentaires sont également envisagées dans les communes qui ont fait peu d'efforts jusqu'à présent, ainsi que dans les hébergements touristiques.

"Nous comprenons que des efforts sont déployés dans les différentes régions pour créer une capacité d'accueil supplémentaire pour les Ukrainiens. Nous nous en félicitons", a déclaré le secrétaire d'État de Moor. "Une capacité suffisante dans les Régions est cruciale pour assurer un flux fluide depuis les abris d'urgence."

Sur le même sujet sur RTBF Ukraine du 07/09/22 :

Центр екстреної допомоги Ariane / Centre d'Accueil d'Urgence Ariane

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Crise de l’accueil : Fedasil ne trouve plus de place d’accueil pour les réfugiés ukrainiens dans les communes

Guerre en Ukraine