Politique

Le CD&V veut ancrer l'appartenance de la Belgique à l'UE dans la Constitution

© Tous droits réservés

Le sénateur CD&V Peter Van Rompuy a annoncé dimanche le dépôt d'une proposition de loi au Sénat visant à ancrer dans la Constitution l'appartenance de la Belgique à l'Union européenne.

L'avantage de cet ancrage serait de contraindre d'éventuels partisans d'une sortie de type Brexit à réunir une majorité des deux tiers au Parlement, alors qu'une majorité simple suffirait actuellement, fait valoir le fils du premier président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

Plus d'Europe

Celui qui est aussi chef du groupe CD&V au Parlement flamand met en avant la nécessaire unité de l'Europe pour affronter les grands défis actuels. "Il y a la menace d'invasion de la Russie en Ukraine, les conséquences néfastes du réchauffement climatique, la pression migratoire croissante. Ces défis transnationaux, nous ne pouvons les affronter qu'ensemble. La réponse à ces défis, ce n'est pas moins d'Europe, mais plus d'Europe." Le chrétien-démocrate flamand souligne aussi que le Royaume-Uni "continue de souffrir des conséquences néfastes du Brexit, qui pèsent économiquement sur les citoyens".

En 1951, la décision de faire entrer la Belgique dans la Communauté européenne du Charbon et de l'Acier (CECA) avait été prise par le gouvernement, rappelle le sénateur. Les traités européens ont par la suite été approuvés à une large majorité au Parlement. Mais la Belgique pourrait sortir de l'UE à la simple majorité. Vu l'impact qu'aurait une telle décision sur l'avenir de la population dans son ensemble, Peter Van Rompuy propose d'ajouter à l'article 34 de la Constitution une phrase précisant que "la Belgique est membre de l'Union européenne".

 

Sur le même sujet

Pourparlers sur l'Ukraine : l'UE met en garde contre une "manipulation" de l'information

Monde Europe

Articles recommandés pour vous