RTBFPasser au contenu

Belgique

Le CD&V aurait-il abandonné le poste de Premier ministre fédéral?

Le CD&V aurait-il abandonné le poste de Premier ministre fédéral?
03 sept. 2014 à 13:22 - mise à jour 03 sept. 2014 à 17:032 min
Par Belga News

Le CD&V semble avoir pris sa décision. En attendant une position officielle de la future coalition, le parti flamand a envoyé un tweet dans lequel il affirme soutenir la candidature de Marianne Thyssen au poste de commissaire européenne dans l'équipe de Jean-Claude Juncker. Dès ce moment, le poste de Premier ministre ne pourrait plus revenir au CD&V. Le nom de Charles Michel est maintenant cité, ce qui priverait Didier Reynders à la fois du poste de commissaire et de celui de chef du gouvernement fédéral. Mais que dirait la N-VA. Accepterait-elle un Premier francophone alors que le gouvernement est à large majorité flamande et que la N-VA est, de loin, le premier parti?

 

Loading...

Cette prise de position après les tensions qui ont probablement émaillé les discussions des négociateurs à ce propos ces derniers jours peut être le signe d'un accord entre les différents partis autour de la table. Cette possibilité devrait vouloir dire que le Premier ministre ne sera pas issu du CD&V.

Cependant, à ce stade, il n'y a toujours pas d'accord officiel annoncé. "Nous communiquerons en cas d'accord", avait indiqué mercredi Kris Peeters, pressenti au poste de Premier ministre du gouvernement fédéral, une perspective qui barrerait la route à la désignation à la Commission européenne de la CD&V Marianne Thyssen. "J'ai eu Jean-Claude Juncker en ligne hier et je lui ai demandé s'il était possible qu'il attende jusque demain matin pour le candidat belge", a dit Kris Peeters.

Le choix du futur commissaire animait quelque peu les discussions sur la formation du gouvernement fédéral alors que les négociateurs mettent la dernière main au cadre budgétaire qui définira les politiques de la coalition de centre-droit.

Mardi, Kris Peeters avait indiqué qu'il faudrait attendre jeudi pour voir si la coalition dite suédoise serait "viable". Il n'est pas encore possible de se déterminer à ce stade, a persisté mercredi M. Peeters promettant de tout faire pour trouver une solution tant dans la négociation budgétaire que pour le choix du futur commisaire.

Il faut "pouvoir tenir compte de tout mais cela ne dépend pas que de moi", a-t-il dit. Nous avons fait un certain nombre de pas, il faut continuer à chercher des solutions, a-t-il ajouté, n'exluant pas un échec des négociations car "tout est possible en politique belge". M. Peeters a cependant précisé "ne pas avoir de plan B, C ou D".

Kris Peeters a également "vivement déploré" les menaces de mort dont a fait l'objet son homologue Charles Michel, estimant que cela était "inacceptable" et "effrayant". Il "faut que cela cesse", a-t-il dit.

Belga

Négociations compliquées pour la coalition suédoise

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous