Cinéma

Le business des bandes-annonces

07 oct. 2022 à 08:00Temps de lecture3 min
Par Alisson Delpierre avec Maurizio Sadutto

Elle accompagne toujours la sortie d’un film. La bande-annonce cherche à attiser votre curiosité. Presque un genre en soi, qui a évolué au cours du temps pour séduire un public toujours plus jeune, elle joue un rôle important dans le succès qu’un film rencontre en salle.

Une recette particulière

La bande-annonce d’un film de Spider-Man est à ce jour celle de tous les records, visionnée plus de 355 millions de fois en vingt-quatre heures. Et cela n’aurait rien d’étonnant. Les studios redoublent d’effets en tous genres et de rythme pour créer l’engouement et l’envie chez les spectateurs. Jacques-Henri Bronckart, producteur chez Versus Production, nous donne un premier aperçu des standards de fabrication d’une bande-annonce aujourd’hui :

Jacques-Henri Bronckart / Producteur - Versus Production

"C’est vrai qu’on essaye avant tout de prendre des éléments du film qui à la fois donnent l’envie mais ne dévoilent pas tout. Donc c’est un équilibre qui n’est pas toujours évident. On peut passer beaucoup de temps sur une bande-annonce, on peut faire jusqu’à quinze, vingt versions…"

Et si vous pensez avoir tout vu ou presque en regardant une bande-annonce, sachez que c’est voulu !

La bande-annonce doit, en fait, rassurer le spectateur sur la qualité du film et le séduire sur le fond, en quelques minutes…

Alors comment est-elle pensée et réalisée ? Chez Catlike Productions, Charline Branger est créatrice de bandes-annonces. Elle explique les buts recherchés dans le montage d’une bande-annonce, et certaines choses deviennent plus claires :

Charline Branger, créatrice de bandes-annonces - Catlike production

"Je pense que la bande-annonce ne doit pas forcément être explicative. Elle doit quand même introduire ou présenter le genre du film, les personnages, l’intrigue, l’atmosphère… Elle doit montrer les plus belles images du film."

"On est quand même dans une démarche marketing : on doit convaincre d’aller voir un film."

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se paye

La bande-annonce représente forcément un coût. Et pour les distributeurs belges, ce n’est pas toujours évident de la produire ici, comme nous l’explique Thomas Verkaeren, distributeur de films chez O’Brother :

Thomas Verkaeren, distributeur chez O'Brother

"Nous en Belgique, on fait souvent appel aux bandes-annonces françaises. Pour des films belges francophones que nous distribuons régulièrement, soit, en fonction de la date de sortie française, on utilise celle-là, soit on va carrément nous-mêmes faire une bande-annonce. Sous la barre des 5000 [euros] c’est quasiment impossible. Puis après ça peut monter ; en France, ils arrivent facilement à des 10.000, 15.000 euros."

(R) évolution

Difficile de passer à côté de cette dépense, puisque la bande-annonce est indispensable à la sortie d’un film. Elle existe d’ailleurs depuis la naissance du cinéma ou presque. Et a changé de visage.

Charlie Chaplin dans "Les Temps Modernes" – 1936
Charlie Chaplin dans "Les Temps Modernes" – 1936 © Chaplin / United Artists / Tous droits réservés

En 1936, par exemple, une voix off raconte l’intrigue dans la bande-annonce des "Temps Modernes" de Charlie Chaplin.

Mais au cours de l’histoire du cinéma, certains se sont aussi essayés à l’originalité. Par exemple, Alfred Hitchcock a joué à l’agent immobilier pour son film "Psychose".

Alfred Hitchcock en tant qu’agent immobilier qui "vend" le décor de son film "Psychose" – 1960
Alfred Hitchcock en tant qu’agent immobilier qui "vend" le décor de son film "Psychose" – 1960 © Shamley Productions / Tous droits réservés

Autre essai, signé Jean-Luc Godard, pour "Le Mépris", avec les voix de Brigitte Bardot et Michel Piccoli qui décrivent, en chœur, tous les éléments du film.

Brigitte Bardot et Michel Piccoli dans "Le Mépris" – 1963
Brigitte Bardot et Michel Piccoli dans "Le Mépris" – 1963 © Compagnia Cinematografica Champion / Les Films Concordia / Rome Paris Films / Tous droits réservés

On remarque aussi que depuis quelques années, de la musique est ajoutée au montage pour créer une bande-annonce. Et ce n’est pas sans raison, comme nous l’explique notre spécialiste cinéma, Hugues Dayez.

Hugues Dayez, notre spécialiste cinéma.

"Plus le film est abrupt, plus il est difficile à vendre, plus on va, dans la bande-annonce, ajouter une musique qui n’est pas dans le film, et qui est idéalement un tube reconnu d’un public qu’on espère toucher grâce à la musique. Et qui va être naturellement complètement dérouté puisque le film n’est pas musical et cette musique ne se retrouve pas dans le film !"

La bande-annonce est donc plus que jamais un véritable argument marketing pour vous attirer dans les salles. Et vu le contexte difficile que le secteur traverse, pas de doute qu’il tentera sans cesse de vous en mettre plein les yeux.

Inscrivez-vous à la newsletter à la Chronique de Hugues Dayez

Chaque mercredi, recevez dans votre boîte mail la chronique du spécialiste Cinéma de la RTBF sur les sorties de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous