RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le budget 2022 de la FWB approuvé en commission du Parlement

La commission du Budget du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mercredi midi, à majorité contre opposition, le budget 2022 de l'entité.

"Il s'agit d'un budget prudent mais ambitieux", a défendu son ministre du Budget, le socialiste Frédéric Daerden.

L'épure est en effet caractérisée par des dépenses en hausse de quelque 7% par rapport à 2021, notamment au profit des jeunes générations, entre autres via le refinancement de l'ONE, la poursuite de la mise en oeuvre du Pacte pour un enseignement d'excellence, ou encore une amplification du refinancement programmé de l'enseignement supérieur.

D'autres dépenses sont aussi prévues pour assumer les conséquences d'un récent accord sectoriel dans l'enseignement, une prochaine indexation des salaires, ainsi que les suites des inondations catastrophiques de l'été dernier.

Pénalisées par une série de paramètres techniques, les recettes de la Fédération n'évoluent, elles, guère favorablement. Conséquence: le déficit programmé tournera à nouveau autour du milliard d'euros l'année prochaine. Et il devrait encore continuer à se dégrader jusqu'en 2026 au moins, a averti le ministre.

L'endettement de la Fédération devrait en conséquence continuer à gonfler. Selon des estimations de la Cour des Comptes, à politique inchangée, en 2023, la dette de la FWB pèsera plus que l'ensemble de ses recettes annuelles. Une première.

"Si la dette est actuellement soutenable, cette situation pourrait être mise en péril par l'absence de maîtrise du déficit annuel ou une remontée des taux d'intérêt", s'inquiète d'ailleurs la Cour. Une situation d'autant plus préoccupante que l'entité n'a pas de levier pour augmenter ses recettes et que ses dépenses sont, elles, pour la plupart obligatoires.

L'essentiel des 12 milliards de budget annuel de la Fédération sert en effet à payer des salaires, ceux des 120.000 enseignants notamment.

Définitivement validé d'ici quinze jours

Devant les députés, si le ministre Daerden a reconnu que la situation de l'entité était "clairement difficile", il a toutefois souligné qu'elle l'était tout autant pour l'ensemble des entités du pays. "Notre dette croît, c'est vrai, mais elle reste largement inférieure à d'autres niveaux de pouvoirs", a fait valoir le Liégeois, tout en pointant la confiance continue des marchés financiers à l'égard de la Fédération.

L'opposition centriste s'est montrée, elle, nettement plus pessimiste, pointant une "situation catastrophique" de la Fédération dont "la dette explose". "On va passer du cash obtenu grâce à l'endettement au crash", a ainsi prédit l'ancien ministre du Budget de la FWB, André Antoine. 

"Emprunter chaque année plus d'un milliard d'euros nous conduit à une situation insoutenable. On va bientôt passer des soins palliatifs à l'enterrement! (de la FWB)".

Egalement dans l'opposition, le PTB, par la voix de sa cheffe de groupe Alice Bernard, a estimé de son côté que la Fédération était en train de se préparer à se plier à nouveau aux exigences budgétaires européennes (la clause dérogatoire au Pacte de stabilité adoptée suite à la crise sanitaire devant s'éteindre fin 2022, ndlr). "Cela va poser pas mal de problèmes, notamment pour le financement du chantier de la rénovation des bâtiments scolaires", a souligné l'élue marxiste.

Ce budget initial pour 2022 devrait être définitivement validé par la séance plénière du Parlement d'ici quinze jours.

Sur le même sujet

Déclic 01/09/2021

La question du jour

La Fédération Wallonie-Bruxelles est-elle en faillite virtuelle ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Un milliard d’euros de déficit : la situation budgétaire en FWB est "tenable à court terme", assure Frédéric Daerden

Articles recommandés pour vous