RTBFPasser au contenu

Patrimoine

Le British Museum va restaurer des antiquités brisées lors de l’explosion de Beyrouth

Le British Museum va restaurer des antiquités brisées lors de l’explosion de Beyrouth

Le British Museum de Londres va restaurer huit récipients antiques en verre, brisés lors de la meurtrière explosion du port de Beyrouth en 2020 et les exposera temporairement avant leur retour au Liban, a annoncé mardi l’établissement.

Ces objets, datant des périodes romaines, byzantine et islamique, étaient exposés au Musée archéologique de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) au moment de l’explosion dévastatrice du 4 août 2020, qui a fait plus de 200 morts et 6500 blessés.

 

Loading...

Bien que le musée soit situé à 3,2 km de l’explosion, son souffle a fait exploser la vitrine dans laquelle se trouvaient 74 précieux récipients en verre, qui revêtaient "une importance capitale pour raconter comment s’est développée la technologie du soufflage du verre au Liban au Ier siècle avant J.-C.", détaille le British Museum dans un communiqué.

La plupart des artefacts ont été brisés au point d’être "irréparables", et seuls 15 d’entre eux ont été identifiés comme pouvant être sauvés. Parmi eux, huit seulement peuvent être transportés en toute sécurité au British Museum, qui dispose des installations et de l’expertise nécessaires pour restaurer ces objets.

A lire aussi : L’UNESCO se mobilise pour la préservation des bâtiments historiques endommagés à Beyrouth

Loading...

 

La restauration s’annonce "délicate", a mis en garde Sandra Smith, responsable de la conservation au sein de l’établissement londonien, car "le verre est un matériau très difficile à reconstituer".

Une fois restaurés, les artefacts seront exposés temporairement au British Museum avant de retourner à Beyrouth.

Fin mai, une première campagne de restaurations a déjà été lancée à Beyrouth sur certaines pièces de la collection. Des experts de l’Institut National du Patrimoine (INP) Paris financés par ALIPH (Alliance internationale pour la protection du patrimoine en zones de conflits) ont été envoyé sur place pour consolider et restaurer certains objets. La restauratrice Claire Cuyaubère et plusieurs étudiants du département d’histoire et d’archéologie de l’AUB travaillent main dans la main pour sauver ces inestimables pièces de verre.

Articles recommandés pour vous