RTBFPasser au contenu
Rechercher

C'est vous qui le dites

Le bracelet électronique n’est pas une vraie peine ?

Le chauffeur du drame de Strépy allait être placé sous bracelet électronique. Les familles des victimes étaient choquées. Le parquet a fait appel, il reste pour l’instant en prison. L’avocat de l’accusé s’est basé sur le fait que le seul risque identifié était la récidive et que donc, le placement sous bracelet électronique écartait automatiquement la conduite d’une voiture. La demande a été acceptée avant que le parquet fasse appel, en attendant la décision, comme l’appel est suspensif, il reste en prison. Les familles des victimes s’expriment dans la presse ce matin et disent à quel point elles étaient choquées d’imaginer cet homme en dehors d’une cellule.

Le bracelet électronique, ce n’est pas une vraie peine ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Belga

"Il ne peut strictement rien faire"

Christelle, une auditrice de Charleroi, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Mon mari est sous bracelet électronique et parfois, il me dit qu’il préférerait retourner en prison. Il y pense parce que c’est un enfer pour lui, il ne peut strictement rien faire. Il n’a pas encore été jugé et c’est un stress permanent. Il est enfermé à la maison et ne sait pas ce qu’il va se passer. Oui, il est devant sa télé, il peut prendre sa douche quand il veut, mais c’est le stress de ce qu’il va se passer après le jugement."

BERND WEISSBROD (EPA) / Bracelet électronique

"Je me sens plus libre qu’en prison"

Du côté de Gosselies, Martin nous raconte son expérience : "Je suis sous bracelet électronique et confiné à la maison. J’ai la chance d’avoir un jardin et je peux y sortir. Depuis le Covid, le périmètre autour de la maison a été un peu élargi, de 4 ou 5 mètres."

Je me sens plus libre qu’en prison, mais je suis coincé à la maison

"Je ne peux pas sortir faire des courses ou aller voir le voisin. Lorsque j'étais en préventive, certains, qui étaient sous bracelet, sont revenus en prison car ils étaient seuls en appartement et que c’était dur pour eux."

Tous droits réservés

"Ça ne va pas apaiser la peine des victimes"

Le débat se conclut à Liège avec Josée : "Ce n’est pas une peine. Lorsque des vies sont enlevées, ce n’est pas un bracelet électronique qui va apaiser la peine des victimes. Ça fait 30 ans que j’ai perdu mon neveu et rien ne va me consoler. La place du chauffeur de Strépy est en prison. La justice ne fait pas bien son travail."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

Plus personne ne veut travailler ?

C'est vous qui le dites

Allo Impôts : vous vous retrouvez facilement dans votre déclaration ?

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous